Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le raid a eu lieu lundi à l'aube contre la ville de Mayadine, dans l'est de la Syrie.

Google Maps

(sda-ats)

Au moins 57 personnes ont été tuées dans une frappe aérienne de la coalition internationale dirigée par Washington contre une prison tenue par le groupe Etat islamique (EI) dans l'est de la Syrie, a rapporté une ONG. La coalition dit avoir visé des cibles de l'EI.

"Le bombardement a visé une prison de l'EI dans la ville de Mayadine lundi à l'aube, provoquant la mort de 42 civils emprisonnés et quinze djihadistes, dont des gardes et des détenus", a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le raid a eu lieu lundi à l'aube, ajoute l'OSDH. D'après les sources de l'ONG dans la ville, le groupe Etat islamique a exposé les corps des victimes dans une rue. Un porte-parole de la coalition a déclaré que la coalition allait rapidement se pencher sur ces informations.

Mission préparée "minutieusement"

"La coalition a mené des frappes contre des bâtiments de commandement et de contrôle de l'EI ainsi que contre d'autres infrastructures (à Mayadine) en Syrie les 25 et 26 juin", a déclaré le colonel Joe Scrocca, directeur des affaires publiques de la coalition, dans un courriel adressé à Reuters.

"La destruction de ces installations a réduit la capacité de l'EI à mener des attaques terroristes contre la coalition, contre nos partenaires et contre notre territoire", a-t-il ajouté. Selon lui, "la mission a été préparée de manière minutieuse et menée en minimisant les risques de dégâts collatéraux et les conséquences dommageables pour les non-combattants".

La télévision officielle syrienne, citant son correspondant dans la capitale provinciale Deir Ezzor, a elle aussi rapporté que des avions de la coalition avaient détruit un bâtiment de Mayadine utilisé comme prison par les djihadistes. Le bâtiment en question, a-t-il dit, servait de prison à "un grand nombre de civils".

Refuges de chefs de l'EI

A en croire deux responsables des services de renseignement américains, l'EI aurait transféré la majeure partie de ses chefs à Mayadine, dans la vallée de l'Euphrate. La ville est située à 80 km de la frontière irakienne et au sud-est de Raqa, capitale de facto de l'EI en Syrie, qui est actuellement assiégée et attaquée par les Forces démocratiques syriennes (FDS, alliance arabo-kurde).

Mayadine est située dans la province de Deir Ezzor, en grande majorité aux mains de l'EI et bombardée régulièrement par la coalition et aussi par les avions du régime syrien et de son allié russe. Il y une semaine, la coalition avait annoncé avoir tué un haut responsable de l'EI dans une frappe menée en mai sur cette ville proche de la frontière irakienne.

Plusieurs responsables de l'EI ont été tués ces derniers mois par la coalition conduite par les Etats-Unis en Syrie et en Irak, où le groupe djihadiste est la cible d'offensives dans ses derniers gros bastions.

ATS