Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des fonctionnaires vaudois ont manifesté jeudi soir à Lausanne contre le nouveau plan de financement de la caisse de pensions. Ils étaient environ 4000.

KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

(sda-ats)

Environ 4000 personnes ont défilé dans les rues de Lausanne jeudi soir pour manifester leur opposition au plan de révision de la Caisse de pensions de l'Etat de Vaud (CPEV). Tous les gymnases du canton ont par ailleurs débrayé durant l'après-midi.

"Les experts se sont plantés, c'est pas à nous de payer", ont scandé quelque 4000 mécontents, selon un décompte de l'ats. "Grève, grève, grève et manifestation, c'est ça la solution", ont encore martelé les fonctionnaires, parfois accompagnés de leur famille, parfois d'étudiants.

Sur les pancartes, les manifestants - que la police municipale estime à 3000 et le syndicat SUD à 5000 - n'ont pas mâché leurs mots: "En haut des couilles en or, en bas des nouilles encore", "Plan retraite, plan traître" ou encore "#balance ton plan".

Mise en garde

Pour les fonctionnaires, soutenus par les syndicats SSP, SUD et FSF (Fédération des sociétés de fonctionnaires et du parapublic vaudois), ce nouveau plan doit être retiré et les conditions obtenues en 2014 maintenues. Au micro, une syndicaliste prévient déjà: "Nous serons à nouveau réunis demain s'ils s'obstinent". Et déclenche un tonnerre d'applaudissements.

Plus tôt dans la journée, les fonctionnaires vaudois s'étaient déjà mobilisés. A midi, "entre 200 et 250 personnes se sont réunies dans le hall du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne", a indiqué David Gygax, secrétaire chez SSP-Vaud. Quelques salariés ont pris la parole pour évoquer leurs conditions de travail "déjà difficiles".

Durant l'après-midi, tous les gymnases vaudois se sont mis grève, ainsi que quelques établissements de scolarité obligatoire et écoles professionnelles. De l'avis de SSP-Vaud environ 1000 salariés étaient en grève.

Pas une première

Cette forte mobilisation succède à un premier rassemblement en novembre dernier où 700 à 1000 fonctionnaires vaudois avaient déjà manifesté à Lausanne. Objet de leur courroux: le plan de révision des prestations de la CPEV qui devrait entrer en vigueur l'an prochain.

Celui-ci prévoit notamment le relèvement de l'âge de la retraite de deux ans, par exemple de 60 à 62 ans pour les gardiens de prison, l'augmentation de l'âge terme à 65 ans contre 63 aujourd'hui et impose au personnel d'avoir travaillé 40 ans et non plus 38 pour toucher une rente complète.

Plan prématuré

Hors de question, affirment les syndicats qui refusent que les fonctionnaires passent à nouveau à la caisse après le plan de recapitalisation entré en vigueur en 2014. Et Raphaël Ramuz, secrétaire syndical chez SSP-Vaud d'estimer que ce nouveau plan "est prématuré et trop pessimiste". "Il n'y a pas besoin de prendre des mesures à ce stade", défend-il.

Un avis que ne partage pas la CPEV. Se basant sur un avis d'expert, elle estime que les prestations doivent être revues afin de garantir les futures rentes et parvenir à un degré de couverture de 80% dans les délais exigés.

Pistes du Conseil d'Etat

De son côté, le Conseil d'Etat précise que le plan précédent est tenu. Le taux de couverture était de 73% à fin 2016 et sera certainement supérieur à 75% en 2017, apprend-on sur le site internet du canton.

Pierre-Yves Maillard, ministre en charge du dossier, y indique que "le Conseil d’Etat a (...) rapidement exprimé des réserves face à cette remise en cause du plan de 2014". Reste qu'il est actuellement en discussion avec les syndicats et avance quelques pistes.

Pour maintenir l'âge de la retraite, il propose notamment une hausse de la cotisation des employés et une augmentation de la durée de cotisation, ce qui est peu du goût des syndicats. Le prochain round de négociations est agendé à fin janvier.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS