Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En dépit de la diminution de 4,2% à 304'000 unités anticipée l'an prochain, les ventes de voitures neuves devraient se maintenir à un niveau historiquement élevé (archives).

KEYSTONE/AP/BRENNAN LINSLEY

(sda-ats)

Après une année 2017 attendue comme stable au regard de l'année précédente, les ventes de voitures neuves, tout comme celles d'occasion, devraient baisser l'an prochain. Les nouvelles immatriculations de véhicules devraient alors diminuer de 4,2% à 304'000.

En dépit de la diminution anticipée, les ventes de voitures neuves devraient se maintenir à un niveau historiquement élevé, indiquent jeudi l'Union professionnelle suisse de l'automobile (UPSA) et BAK Economics. La poursuite de l'embellie conjoncturelle en 2018 devrait influencer de manière favorable la branche.

Du côté des véhicules d'occasion, les ventes devraient fléchir l'an prochain de 1,8% au regard de 2017 à 855'000 unités. La dynamique de l'offre consécutive à l'afflux de voitures de deuxième main suite aux achats de remplacement de ces dernières années devrait s'atténuer progressivement.

Pour l'année en cours, les ventes de voitures neuves devraient s'établir à 317'000. Alors que les prix des véhicules neufs ont fléchi de 2,2% jusqu'en août, la récente dépréciation du franc annonce toutefois un renchérissement.

Encore quelques achats cette année

Dès lors, cette année, quelques achats neufs interviendront encore, anticipent les experts de l'UPSA et de l'institut de recherches économiques bâlois. Sur les neuf premiers mois de l'année, le nombre cumulé de nouveaux véhicules à avoir été mis en circulation a fléchi de 0,3% à 231'483.

Le potentiel d'achat devrait ainsi progressivement s'épuiser, avec comme conséquence un recul sensible des nouvelles immatriculations en 2018. Les années 2013 et 2014 s'étaient déjà repliées du fait d'un marché saturé. Toutefois, l'abandon à mi-janvier 2015 par la Banque nationale suisse (BNS) du taux plancher liant franc et euro avait entraîné un revirement de tendance, les prix ayant fortement baissé.

L'an prochain, les prix devraient repartir à la hausse du fait de la dépréciation du franc et compte tenu de la pression sur les marges. BAK Economics anticipe un taux de change de 1,18 franc pour un euro en 2018.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS