Navigation

Violation de brevets: Kudelski intente une action contre Apple

Ce contenu a été publié le 10 avril 2014 - 10:32
(Keystone-ATS)

Deux filiales du groupe technologique vaudois Kudelski ont intenté une action en justice contre le géant américain Apple pour violation de brevets. La plainte a été déposée auprès de la Cour de justice du District nord de Californie.

Les deux filiales, OpenTV et Nagravision, reprochent à Apple la violation de cinq brevets américains qu'elles détiennent, a indiqué Kudelski dans un communiqué. Les produits et services d'Apple concernés comprennent les appareils mobiles iOS (iPhone, iPad et iPod), ainsi qu'Apple TV, App Store, iTunes, iADs, Safari et les ordinateurs personnels basés sur OS X.

"No comment"

Contacté jeudi par l'ats, le porte-parole de l'entreprise vaudoise, Phil Mundwiller, n'a pas souhaité pour l'heure s'exprimer plus en détail sur l'action en justice. Dans son communiqué, le groupe Kudelski affirme disposer d'un portefeuille de plus de 4400 brevets émis ou en demande dans le monde.

Pour mémoire, Apple, est l'objet d'innombrables plaintes portant sur des brevets. Ces dernières sont aussi parfois intentées par des chasseurs de brevets, des entreprises appelées dans le jargon "patent trolls" et dont la seule activité consiste en l'acquisition de licences, puis leur valorisation agressive, laquelle se traduit par des actions en justice .

Les détracteurs de cette activité la comparent à une sorte de chantage, l'assignation en justice étant utilisée pour contraindre les sociétés accusées à acquérir les licences concernées. Pour ses défenseurs, elle permettrait de rétablir l'équilibre entre des inventeurs indépendants et de grands groupes contre lesquels ils n'ont pas les moyens de lutter.

Apple contre Samsung

Depuis le lancement de l'iPhone en 2007, le géant de Cupertino n'est pas non plus en reste en matière d'actions en justice. Apple croise ainsi le fer avec son rival sud-coréen Samsung, entre autres, devant plusieurs juridictions dans le monde.

Aux Etats-Unis, les deux premiers fabricants mondiaux de smartphones et de tablettes viennent d'ouvrir un nouveau chapitre de ce long feuilleton judiciaire. Les deux groupes s'étaient déjà affrontés dans le même tribunal et sous l'égide de la même juge lors de deux procès géants s'étant soldés l'an dernier par une amende de 930 millions de dollars pour Samsung. Le groupe sud-coréen a fait appel.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.