Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le rendement brut de la viticulture valaisanne a diminué l'an dernier. Les vins valaisans ont néanmoins mieux résisté que leurs concurrents à la baisse de la consommation.

La progression des quantités vendangées en 2011, supérieure de 10% à la récolte 2010, n'a pas compensé les baisses du prix payé pour les raisins, indique le rapport de l'Office cantonal de la viticulture. De récentes diminutions de prix ont accentué l'impact négatif.

Par rapport à 2010, le rendement viticole valaisan s'est contracté de deux millions de francs pour totaliser 185 millions, précise le rapport. Il retrouve son niveau de 2008 après avoir culminé à 201 millions de francs en 2009.

Prix sous pression

Les vins valaisans ont en revanche bien résisté à la baisse de la consommation globale. Dans le secteur de la grande distribution, les volumes vendus ont reculé de 0,9% mais les prix ont progressé de 1,3%. Sur le marché national, les volumes ont reculé de 1,9% pour des prix en hausse de 0,9%.

La pression sur les prix, des spécialités surtout, est forte et inquiétante, a précisé l'Office cantonal de la viticulture. Les vins traditionnels comme le fendant et la dôle perdent du terrain en volume et en valeur.

Le volume de spécialités vendues auprès de la grande distribution augmente, ce qui est positif. En revanche le prix ne suit pas toujours. Ainsi, par exemple, le volume de petite arvine a progressé de 30% alors que le prix moyen au litre a diminué de 3,4%.

ATS