Navigation

Vladimir Petkovic: "Il était normal de souffrir"

Ce contenu a été publié le 09 juin 2019 - 19:02
(Keystone-ATS)

La défaite 6-5 tab de la Suisse contre l'Angleterre dans la petite finale de la Ligue des nations est dure à avaler. Mais Petkovic reconnaît la force des Anglais avant la séance fatidique.

"Face à une telle équipe et de telles individualités, il était normal de souffrir!" Vladimir Petkovic reconnaît que ce dimanche de Pentecôte à Guimaraes ne fut pas de tout repos.

"Notre entame fut la bonne. Mais l'Angleterre a pris les commandes de la rencontre sur la fin de la première mi-temps. Elle a vraiment livré une grande performance", poursuit le sélectionneur de l'équipe de Suisse qui regrette bien sûr l'issue cruelle de la séance de tirs au but. "Dans un monde idéal, on devrait pouvoir simuler une telle séance, dit-il. Mais comme elle survient après 120 minutes de jeu, il est presque impossible de la répéter dans les conditions d'un match."

"C'est la deuxième fois en trois ans que nous perdons un match ainsi, poursuit le "Mister". Dans une séance, il faut bien un frappeur qui échoue pour qu'elle puisse se conclure. Ce fut malheureusement à nouveau l'un des nôtres qui a eu le mauvais rôle."

Malgré les deux défaites contre le Portugal et l'Angleterre, Vladimir Petkovic tire un bilan positif de ce "Final Four". "L'équipe s'est bien battue. Personne ne peut le nier. Il est clair que nous aurions mérité quelque chose au final. Pas uniquement des critiques positives, explique-t-il. Ce "Final Four" nous a offert deux rencontres contre des adversaires de grande valeur. C'est en enchaînant de tels matches que nous progresserons. Nous sommes toujours dans un processus qui a été engagé il y a plusieurs mois. Il faut poursuivre sur cette voie. On verra bien jusqu'où cela nous mènera."

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article