Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités américaines ont décidé de ne pas s'opposer au mariage entre les voyagistes en ligne Expedia et Orbitz Worldwide, a annoncé mercredi le département de la Justice (DoJ). Elles viennent de clore une enquête qui a duré six mois.

"La division antitrust a enquêté sur les inquiétudes exprimées au sujet de cette transaction. Nous avons pris ces craintes au sérieux et les avons intégrées dans l'analyse de toutes les informations fournies par des parties tierces", écrit le ministère dans un communiqué.

"Au terme de cette procédure, nous avons conclu cependant que cette opération ne va probablement nuire ni à la concurrence ni aux consommateurs", poursuit-il.

Expedia avait annoncé en février son intention d'acheter Orbitz pour environ 1,6 milliard de dollars (1,55 milliard de francs). Cette fusion avait été très critiquée par des associations de défense des consommateurs ou représentant le secteur de l'hôtellerie, qui craignaient l'émergence d'un duopole.

Forte concurrence

Orbitz est par exemple propriétaire de HotelClub et CheapTickets, Expedia de Hotels.com, Trivago et Hotwire, Priceline de Booking.com et Kayak.

Les défenseurs du rapprochement entre Expedia et Orbitz faisaient eux valoir que la concurrence venait aussi d'autres types de sites, comme ceux où les internautes publient leurs commentaires (Tripadvisor) ou ceux qui scannent le web à la recherche de bonnes affaires (Hipmunk).

ATS