Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski alpin - Ivica Kostelic a été le premier surpris de sa victoire en super-combiné à Wengen. Seulement 23e de la descente à 2''96 de Beat Feuz, le Croate a renversé la tendance après le slalom.
"Je pense que personne, moi le premier, n'aurait misé sur ma victoire après la descente", a reconnu le coureur de Zagreb, finalement vainqueur avec 20 centièmes d'avance.
"J'avais déjà effectué de telles remontées au classement, notamment à Chamonix l'an dernier (réd: de 24e à 1er). Mais je pensais que mon écart était cette fois-ci trop important. Et comme le tracé n'était pas trop difficile, je voyais mal comment j'aurais pu reprendre du temps", a-t-il continué.
Mais rien ne semble impossible à Wengen pour Kostelic, vainqueur pour la cinquième fois au pied de l'Eiger. "C'est ma station porte-bonheur", a noté le Croate, qui aura l'occasion lors du slalom dominical d'égaler le record du Luxembourgeois Marc Girardelli (6 succès à Wengen entre 1985 et 1995).
En matière de statistiques, Feuz fait aussi très fort cette saison avec désormais cinq podiums. C'est toutefois la première fois qu'il connaît cet honneur en super-combiné. "Je savais que j'en étais capable si je réussissais une descente parfaite. Et c'est exactement ce que j'ai fait", a-t-il raconté, plus riche de 20'000 francs après cette 2e place (33'000 pour Kostelic).
Après sa démonstration matinale, il lui restait à tenir le coup en slalom. Beaucoup auraient craqué sous la pression, mais pas lui. "Cela ne m'a pas posé de problèmes. Je préfère même m'élancer en dernier", a-t-il relevé. "Quant aux attentes du public (réd: 20'000 spectateurs vendredi), elles ne sont pas du genre à me bloquer. Au contraire, cela me donne une motivation supplémentaire", a-t-il affirmé.
Le Bernois s'est aussi profilé comme l'un des très sérieux prétendants pour la descente de samedi. Pour Bode Miller, 3e vendredi, c'est tout vu: "Si Feuz commet des fautes, j'ai une chance. Mais sinon, il sera très dur d'aller le chercher", a estimé le double vainqueur de l'épreuve (2007 et 2008).
Feuz croit également en ses chances: "Si je réédite ma performance du jour, le podium est dans mes cordes. Il ne faut toutefois pas oublier que la descente du super-combiné était amputée de la partie du haut, ce qui correspond à environ une minute de course. Cela ne sera pas facile à gérer physiquement." Y parviendra-t-il ? Réponse samedi dès 12h30.

ATS