Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La présidente de la Confédération Eveline Widmer-Schlumpf a plaidé mardi devant l'Assemblée générale des Nations unies à New York pour une ONU "forte, moderne et efficace". Elle a évoqué la situation en Syrie, la réforme du Conseil de sécurité et le 10e anniversaire de l'adhésion de la Suisse à l'ONU.

Eveline Widmer-Schlumpf a été la 17e chef d'Etat ou de gouvernement à s'exprimer officiellement devant l'assemblée onusienne mardi après-midi. Dans le cadre du 10e anniversaire de l'adhésion de la Suisse à l'ONU, elle a rappelé que "l'ONU et la Suisse partagent les mêmes valeurs et poursuivent des objectifs communs".

Elle a cité "la promotion de la paix et de la sécurité, le développement durable, la défense et la promotion des droits de l'homme ou encore l'aide d'urgence aux victimes de conflits et de catastrophes naturelles".

"Le droit de veto doit être limité"

"Sur des sujets conflictuels", l'ONU doit parvenir "à surmonter les blocages pour proposer des solutions. Le recours au droit de veto au sein du Conseil de sécurité est difficilement justifiable en cas de génocides, de crimes de guerre ou de crimes contre l'humanité", a-t-elle poursuivi.

"C'est pourquoi la Suisse, conjointement avec d'autres pays, continue de revendiquer une réforme des méthodes de travail du Conseil de sécurité. La transparence et la collaboration de ce dernier avec les autres organes de l'ONU doivent être améliorées, et le droit de veto doit être limité", a prôné la présidente de la Confédération.

Au nom de la Suisse, elle a ensuite demandé à porter la situation en Syrie devant la Cour pénale internationale (CPI). "La Suisse demande que les auteurs de violations graves des droits de l'homme répondent de leurs actes. L'impunité de ces auteurs n'est pas seulement immorale. Elle compromet aussi le processus de réconciliation qui s'enclenche au sein d'une société après une guerre et favorise donc la répétition des événements", selon elle.

La Grisonne a rappelé que la Suisse mène un groupe composé de quelque trente pays qui demandent que la CPI se saisisse du cas de la Syrie.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS