Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Yvan Bourgnon s'est lancé jeudi dans un défi fou. Le navigateur franco-suisse est parti à 8h de Nome en Alaska pour une traversée périlleuse en solitaire de quelque 7500 km jusqu'au Groenland.

Le tout sur un catamaran de sport de 6 m, sans habitacle ni assistance.

Initialement prévu le 7 juillet, le départ a été retardé pour des raisons liées à la position de la banquise. Le blocage a toutefois été levé, et le natif de La Chaux-de-Fonds a pu partir jeudi matin à l'aventure.

Nommé "Bimedia", son projet a aussi comme objectif de sensibiliser le public aux effets du réchauffement climatique, et de témoigner des multiples déchets océaniques.

A bord de "Ma Louloutte", le Neuchâtelois, qui vient de fêter ses 46 ans, espère rejoindre Nuuk, la capitale du Groenland, en moins de trois mois. Le skipper va naviguer à travers le mythique passage du Nord-Ouest, ce qui n'a encore jamais été entrepris à bord d'un catamaran de sport. La traversée s'annonce très dangereuse en raison du froid, des icebergs et, surtout, des ours polaires.

"L'expérience de mon tour du monde (réd: bouclé en 2015 à bord de la même "Louloute") me permet de monter d'un cran en terme de difficultés", avait expliqué Yvan Bourgnon, quelques jours avant de prendre le départ. "Le timing pour faire l'ensemble du passage en une seule saison est serrée. Je vais devoir redoubler d'efforts pour essayer de naviguer deux mois sans quasiment m'arrêter", avait-il estimé.

ATS