Navigation

Yves Chapuis: "Le plus beau des sports de lancer"

Ce contenu a été publié le 31 août 2020 - 10:43
(Keystone-ATS)

Il pratique "le plus beau des sports de lancer", selon ses propres termes. A presque 49 ans, Yvan Chapuis demeure pourtant le seul Romand lanceur de pierre d'Unspunnen.

"Je ne comprends pas pourquoi je suis le seul Romand. C'est un sport magnifique", lâche le colosse - 1m85, 95 kg - de Forel dans le Lavaux, qui ne voit aucun problème à se frotter aux meilleurs Alémaniques. "Mes concurrents alémaniques sont aussi des amis. Je suis parfaitement intégré dans ce milieu", affirme-t-il.

Yvan Chapuis est venu sur le tard goûter à cette tradition ancestrale, parfait complément de la lutte à la culotte lors des Fêtes Fédérales. "J'ai un long passé dans l'athlétisme, notamment au lancer du poids", discipline dans laquelle il était tout de même devenu vice-champion de Suisse en plein air en 2009.

Un pépin physique l'avait toutefois contraint à un changement de cap. "J'ai été victime d'une hernie discale il y a environ huit ans", raconte le Vaudois, dont le record personnel au poids est de 15m78 et qui a encore réalisé 13m75 dans la spécialité cet été lors d'un meeting à Lausanne.

"J'ai dû me reconstruire. La plus belle des rémissions, c'était de pouvoir à nouveau pratiquer un sport avec un dos rétabli. Qu'y a-t-il de mieux que la pierre d'Unspunnen?", se demande Yvan Chapuis qui, s'il lance encore parfois le poids en compétition, a désormais fait de cette spécialité suisse son objectif prioritaire.

Une machine à squats aménagée

Patron d'un club de fitness, il a même inventé l'outil de travail idéal dans sa salle de musculation, aménageant une machine à squats. "A la base, c'est pour faire travailler les cuisses. Mais en voyant sa mécanique, je me suis dit qu'en la modifiant, cette machine pourrait m'aider pour lancer la pierre d'Unspunnen", lâche-t-il.

Yvan Chapuis peut ainsi simuler un lancer à deux mains, comme pour la pierre d'Unspunnen (83,5 kg). "Je peux aussi travailler en développé couché pour lancer de plus petites pierres", souligne-t-il. "C'est une machine très complète. Je peux tout travailler: la force, la vitesse, la puissance", se félicite-t-il.

Pas question toutefois de garder sa trouvaille pour lui. Le Vaudois espère même susciter l'intérêt de ses rivaux. "Nous gardons nos petits secrets, mais nous échangeons beaucoup concernant la technique", précise-t-il. "Ce n'est pas du chacun pour soi comme on peut le vivre dans d'autres sports", sourit-il.

Un premier cap franchi

Yvan Chapuis, qui n'était parvenu à se qualifier pour aucune finale lors de la Fête Fédérale de Zoug 2019, a déjà franchi un premier cap grâce à cette machine. Le Vaudois a décroché dimanche à Appenzell son ticket pour le prochain grand concours de lancer de la pierre d'Unspunnen, prévu le 5 septembre 2021 à Appenzell également.

Le Vaudois a même atteint un premier objectif dimanche en améliorant son record personnel, lançant la pierre à 3m50 malgré la pluie tout en battant deux finalistes de Zoug 2019. De quoi lui donner encore plus confiance en ses moyens, lui dont l'objectif ultime est de faire partie des cinq finalistes dans l'arène d'une Fête fédérale.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.