Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bruxelles - Les pays de l'UE se sont accordés sur un plan de secours de 750 milliards d'euros pour aider les pays de la zone euro à sortir de la crise. De son côté, le gouvernement grec a adopté sa réforme des retraites, l'une des mesures phares de son plan d'austérité.
Le gigantesque plan de soutien aux pays en difficulté de la zone euro a provoqué l'euphorie des Bourses européennes. Il a également redonné des couleurs à l'euro. Toutes les places financières européennes ont clôturé en forte hausse, prenant jusqu'à plus de 14%, après leur chute de la semaine dernière provoquée par la peur d'une contagion de la crise grecque aux autres maillons faibles de la zone euro.
Le plan de secours se décompose en 60 milliards de prêts apportés par la Commission européenne, et de 440 milliards d'euros de prêts et garanties par les pays de la zone euro, a annoncé la ministre espagnole des Finances, Elena Salgado. Le Fonds monétaire international (FMI) apportera aussi une contribution sous forme de prêts, pour un montant de jusqu'à 250 milliards d'euros.
Cette enveloppe sans précédent a été décidée à l'issue de plus de onze heures de tractations à Bruxelles entre ministres européens des Finances, convoqués en urgence. Elle vise à enrayer les risques de propagation de la crise de la dette grecque.
Les ministres ont mené une course contre-la-montre pour trouver une solution rassurante avant l'ouverture des marchés des changes en Asie, alors que la crise grecque menace d'emporter dans son sillage d'autres pays de la zone euro comme le Portugal ou l'Espagne.
Ces deux pays se sont d'ailleurs engagés à prendre des mesures supplémentaires "significatives" pour réduire leurs déficits en 2010 et 2011, a annoncé Mme Salgado.
Pour sa part, le gouvernement grec a adopté sa réforme des retraites, l'une des mesures phare d'un plan d'austérité, a indiqué le ministre de la protection sociale Andréas Loverdos. Le texte prévoit des coupes claires dans les pensions et le recul de l'âge de départ effectif à 65 ans.
Le gouvernement socialiste, revenu au pouvoir en octobre, s'est engagé à appliquer un plan d'austérité, le plus drastique qu'ait connu la Grèce. L'Union européenne et et le Fonds monétaire international lui accorde en échange une aide de 110 milliards d'euros pour lui éviter la banqueroute.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS