Navigation

Tripots clandestins découverts par la police neuchâteloise

Des personnes se sont rassemblées pour jouer à des jeux d'argent dans des tripots clandestins dans le canton de Neuchâtel (photo symbolique). KEYSTONE/GAETAN BALLY sda-ats
Ce contenu a été publié le 30 novembre 2020 - 14:19
(Keystone-ATS)

Depuis la deuxième vague de la pandémie de Covid-19, la police neuchâteloise est intervenue à deux reprises pour mettre fin à des tripots clandestins. Les organisateurs seront traduits devant la justice et risquent des amendes salées.

"Les bars clandestins ne sont pas un phénomène très répandu dans le canton", hors Covid. Même en cette période de pandémie où les établissements publics sont fermés, "on ne peut pas parler de tendance car on ne constate pas une augmentation anormale de ce genre d'évènements", a déclaré Georges Lozouet, chargé de communication de la police neuchâteloise, lundi sur les ondes de RTN.

Les participants à ces tripots recevront au minimum une amende de 100 francs pour s'être réunis à plus de cinq personnes. Les organisateurs s'exposent à d'autres sanctions, car ces tripots clandestins s'accompagnent souvent d’autres délits comme les jeux d'argent illégaux, la vente d'alcool sans patente ainsi que la consommation de stupéfiants. Ils ont été dénoncés au Ministère public.

Partager cet article