Navigation

Un Ken vivant manifeste contre ses conditions de production

Une Barbie vivante protestait la semaine dernière à Zurich contre les conditions de fabrication inacceptables des jouets "Barbie" en Chine. Mercredi, c'était au tour de son fiancé Ken de s'exposer devant la gare de Lausanne (archives). KEYSTONE/WALTER BIERI sda-ats
Ce contenu a été publié le 23 novembre 2016 - 13:59
(Keystone-ATS)

Après Barbie, c'est au tour de son fiancé, Ken, de manifester mercredi contre les conditions de travail indignes dans les usines chinoises de jouets. La poupée est incarnée en chair et en os dans une boîte de vente géante devant la gare de Lausanne.

L'action est menée par l'organisation Solidar Suisse dans le cadre de sa campagne "Fair Toys Now". Elle suit celle organisée le 23 octobre à Zurich. Une Barbie vivante avait fait son apparition dans un emballage en carton géant sur la Paradeplatz.

Solidar Suisse veut dénoncer les conditions effroyables de travail dans les usines chinoises. Plus de la moitié des jouets qui se retrouvent sous le sapin à Noël provient de Chine, souligne l'organisation. Le couple Barbie et Ken est l'un des best-sellers.

Les ouvriers chinois triment onze heures par jour, six à sept jours par semaine pour un salaire qui ne suffit pas à vivre décemment. Ils sont exposés à des produits toxiques, voire cancérigènes, critique Lionel Frei, porte-parole de Solidar Suisse pour la Suisse romande.

Deux centimes de plus

Solidar Suisse et China Labor Watch ont lancé une pétition "Fair Toys" pour mettre un terme à ces conditions de travail inacceptables. Les deux organisations demandent aux producteurs de jouets, comme Mattel, qui commercialise Barbie, d'assumer leurs responsabilités et de garantir des conditions décentes.

En augmentant le prix de vente de 0,05%, les salaires des employés pourraient être doublés, indique l'ONG. Une Barbie de 30 francs ne coûterait que deux centimes de plus.

Selon une étude de Solidar Suisse, 80% des personnes interrogées seraient prêtes à payer plus pour des jouets bénéficiant d'un label équitable. Les signatures seront remises au siège européen de Mattel à Amsterdam le 15 décembre.

Solidar Suisse est l'ex-Œuvre suisse d'entraide ouvrière (OSEO), créée en 1936 au moment de la Guerre civile d'Espagne par l'Union syndicale suisse et le parti socialiste suisse. L'OSEO a changé de nom en 2011 pour devenir Solidar.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.