Un tout petit oui aux soldats armés à l'étranger

swissinfo.ch

Victoire à l'arraché pour les partisans de l'envoi de soldats armés à l'étranger. C'est d'extrême justesse qu'ils l'ont emporté. Résultat net, en revanche, pour l'abolition de l'article sur les évêchés, accepté par la majorité du peuple et des cantons.

Ce contenu a été publié le 10 juin 2001 - 17:29

La course aura été très serrée. Finalement, les partisans des deux révisions - celle prévoyant l'armement des soldats suisses à l'étranger et celle visant à simplifier la coopération en matière de formation avec d'autres armées - l'ont emporté, avec des résultats très proches pour les deux objets.

Du côté de la Suisse alémanique, ce sont notamment Berne (plus de 57% de oui), Soleure, (autour de 57%), les deux Bâle et Zürich (53 à 54%) qui ont fait pencher la balance en faveur du oui. En Suisse romande, seuls Neuchâtel (50 à 51%, Fribourg (52%) et Vaud ont choisi le camp des partisans.

Dans le camp du non, on trouve, en tête, le Tessin (avec un rejet d'environ 63% pour les deux objets), suivi par le Jura, Genève et le Valais. En Suisse alémanique, St Gall, Schaffhouse, Glaris, les deux Appenzell, Thurgovie, Uri, Obwald et Nidwald et les Grisons ont également dit non.

Quant à la suppression de l'article constitutionnel sur les évêchés - qui exige la double majorité du peuple et des cantons - elle a été plébiscitée. En effet tous les cantons dont les résultats sont disponibles l'ont acceptée, avec des majorités généralement confortables, allant de 52% (Schaffhouse) à plus de 71% pour Fribourg.

swissinfo

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article