Une séance houleuse, avant les vacances

La salle du Conseil fédéral restera déserte jusqu'à l'année prochaine. Keystone Archive

Mercredi, le gouvernement a rappelé Christoph Blocher à l'ordre: le tribun zurichois va trop loin dans ses critiques contre l'administration fédérale.

Ce contenu a été publié le 22 décembre 2004 - 20:45

Lors de sa dernière séance, le Conseil fédéral a consacré trois quarts d'heure à la collégialité… sur les 130 heures de débats qui ont été comptabilisées en 2004.

Il fallait s'y attendre. Après les déclarations virulentes faites par le conseiller fédéral Christoph Blocher lundi à Bienne, la question de la collégialité gouvernementale est revenue sur le tapis mercredi à Berne.

Tirant le bilan de sa première année au Conseil fédéral, le ministre de Justice et Police avait notamment accusé l'administration fédérale d'être surdotée, coupée de la réalité, insensible aux contraintes financières et peu qualifiée en terme de conduite.

A cette occasion, Christoph Blocher avait même usé du terme d’«atelier protégé».

Mercredi, le président de la Confédération et ministre de l’Economie Joseph Deiss a profité de la réunion hebdomadaire du Conseil fédéral pour sermonner, une fois de plus, son collègue Blocher.

Et c'est lui qui qui est venu rendre compte devant la presse de cette séance houleuse.

Des attaques déplacées

En clair, le gouvernement (Conseil fédéral) a jugé certaines attaques lancées par Christoph Blocher de «déplacées». Et, dans la foulée, il a réaffirmé sa confiance dans l'administration fédérale et dans sa capacité à se réformer.

De son côté, Christoph Blocher a estimé que ses propos avaient été «surinterprétés». Il s’est en outre défendu d’avoir porté atteinte à la collégialité.

Quoi qu'il en soit, plusieurs déclarations du ministre de Justice et Police sont restées en travers de la gorge de ses collègues. Notamment ses positions sur la suppression de l'assurance maladie obligatoire ou le financement des retraites.

Le gouvernement a gouverné

Plus généralement, au terme de son année présidentielle, Joseph Deiss estime que le Conseil fédéral ne maîtrise pas suffisamment son agenda. Le président sortant a le sentiment que ce dernier est parfois dicté par le hasard, l'administration ou les médias.

Le gouvernement n’en a pas moins gouverné en 2004. Dans sa nouvelle configuration, il a traité 1740 dossiers et tenu 45 séances. C’est une de moins qu'en 2003. Mais ces séances ont duré en tout 130 heures, soit 20 de plus que l’année précédente.

Le Conseil fédéral s'est aussi davantage préoccupé de questions de fond et pas seulement de gestion. Ce qui était le voeu du président de la Confédération.

Joseph Deiss regrette toutefois que le gouvernement discute trop de finances et pas assez de politique internationale, même s'il n'y a pas de décision à prendre.

Bonnes Fêtes de fin d’année

A l’issue de cette dernière séance, les membres du Conseil fédéral ont pris congé du Palais pour un repos bien mérité.

Ainsi, le ministre de la Défense Samuel Schmid va fêter Noël et Nouvel-An dans le cercle familial.

Sur le plan professionnel, le moment clé sera le soir de la Saint-Sylvestre peu avant minuit, à l'heure où Joseph Deiss lui téléphonera pour lui transmettre la présidence de la Confédération, comme le veut la tradition.

Joseph Deiss qui passera les fêtes à son domicile de la campagne fribourgeoise, tandis que Christoph Blocher se retirera dans sa villa de Herrliberg au bord du lac de Zurich.

Le ministre des Finances Hans-Rudolf Merz sera lui aussi à la maison avec sa famille. Par contre, le ministre de l’intérieur Pascal Couchepin s'en ira à l'étranger.

Moritz Leuenberger occupera ses premiers jours de vacances à déballer et expédier des cadeaux de Noël, à exprimer des remerciements et à lire des histoires de Noël.

Le ministre des Transports, de l'Environnement, de la Communication et de l'Energie espère être reposé pour pouvoir fêter comme il se doit la nouvelle année.

Quant à Micheline Calmy-Rey, elle est toujours aussi discrète sur ses intentions: la cheffe de la diplomatie refuse de confier où et comment elle passera les fêtes de fin d'année.

swissinfo et les agences

En bref

- En 2004, le Conseil fédéral a siégé en tout pendant 130 heures et traité 1740 dossiers.

- A Nouvel-An, Joseph Deiss transmettra la présidence tournante de la Confédération à son collègue Samuel Schmid.

- Mis à part Pascal Couchepin, tous les membres du gouvernement passent les Fêtes de fin d'année en Suisse.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article