Verbier a rendez-vous avec l'extrême

Bec des Rosses. Serge Sozonoff

La plupart des meilleurs snowboarders de la planète seront au sommet de la face nord du Bec des Rosses, à 3222 mètres d'altitude. Prévue samedi, la compétition a été repoussée en raison des conditions météo. Le «Red Bull Xtreme» de Verbier pourrait débuter dimanche.

Ce contenu a été publié le 23 mars 2001 - 09:41

Nicolas Hale-Woods, président du comité d'organisation et fondateur de l'événement se rappelle, avec un brin de nostalgie, du début de l'aventure. «Nous tournions un film dans la région du Mont Fort avec Philippe Buttet. Et cette face nord du Bec des Rosses nous a tout de suite tapé dans l'œil. Nous avons débuté sur une idée, sans dossier. Mais nous étions passionnés et nous nous sommes tout de suite donnés les moyens de nos ambitions. Trois personnes ont travaillé à plein temps sur ce projet».

Et la stratégie s'est avérée payante. Les images produites ont séduit. La pérennité de la manifestation était assurée. Aujourd'hui, à l'aube du sixième rendez-vous, la tension est perceptible sur les hauts de Verbier même si la machine est désormais «bien huilée». C'est que le bébé a grandi. Le comité, le budget et la manifestation elle-même ont pris l'ascenseur.

L'esprit, lui, est resté le même. Familial. Et ils devraient être plus de 5000 au col des Gentianes pour saluer les prouesses irréalistes des meilleures snowboarders du monde. Et un peu plus de 15 000 durant tout le week-end à profiter des diverses manifestations proposées dans le cadre de cet «event».

Le «Park» dans la station de Verbier, juste à côté de la place centrale, comprend une grande rampe de skate board où les adeptes du «bmx» et du «inline» pourront également s'en donner à cœur joie.

Un écran géant de 40 mètres carrés diffusera en direct les prestations des stars, telles Matt Goodwill ou Steve Klassen. Un mur de grimpe et diverses tentes de restauration complètent ce petit village.

Côté compétition, tout a été mis en œuvre pour assurer au maximum la sécurité des participants. Cette année, la couche neigeuse est d'ailleurs très favorable. Dans la pente qui atteint parfois jusqu'à 55 degrés, la qualité de la neige joue un grand rôle. La technique et le choix de la ligne font le reste.

Une poignée de juges, pour la plupart d'anciens participants de l'épreuve, apprécieront. Au bout du compte près de 50 000 dollars sont à gagner. Et pour Nicolas Hale-Woods, une surprise suisse, avec Cyril Neri ou Gilles Voirol, n'est pas exclure.

Mathias Froidevaux

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article