Navigation

Vosges: trois ans de prison pour avoir tué sa compagne

Ce contenu a été publié le 18 décembre 2019 - 21:47
(Keystone-ATS)

Un homme de 30 ans jugé devant les assises des Vosges pour le meurtre de sa compagne, tuée d'un tir de carabine à plomb, a été condamné mercredi à trois ans de prison pour homicide involontaire, a-t-on appris auprès d'un avocat des parties civiles. Les jurés ont retenu la thèse de l'accident.

Ce verdict est "profondément choquant", a réagi auprès de l'AFP Me Rémi Stéphan qui avait plaidé "l'acte volontaire". "Si le combat contre les violences faites aux femmes est d'actualité, il y a encore un grand chemin pour [qu'elles, ndlr] soient reconnues. Ce verdict le démontre", a-t-il estimé.

L'accusé soutenait la thèse de l'accident. Il était jugé depuis lundi à Epinal pour le meurtre de sa compagne, âgée de 18 ans, tuée le 26 août 2017 à Rambervillers (Vosges). Il encourait la réclusion criminelle à perpétuité.

Tir accidentel

Mais au terme de trois jours de débats, les jurés ont écarté l'intention homicide, conclu à un tir accidentel et requalifié les faits en homicide involontaire, passible au maximum de trois ans de prison, peine à laquelle il a été condamné, a indiqué Me Stéphan.

Cette peine prononcée est très largement inférieure aux 16 ans de réclusion, requis par l'avocat général. Ce dernier avait lui aussi conclu à un accident, mais avait estimé que les faits devaient être requalifiés en "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner", passibles de 20 ans de réclusion.

"Nous étudions l'opportunité de faire appel", a indiqué le procureur, qui rendra sa décision "d'ici à la fin de la semaine".

Le drame s'était produit à Rambervillers, chez un ami de l'accusé. Décrit par les experts comme une "personnalité psychopathique", condamné à plusieurs reprises pour des violences, le condamné avait emporté sa carabine à air comprimé, un modèle relativement puissant.

Il avait passé l'après-midi à s'enivrer avec cet ami, au grand dam de sa compagne, arrivée sur les lieux en début de soirée.

Le tir, purement accidentel selon la défense, serait alors parti sur fond de dispute avec la jeune femme, touché au poumon par le projectile passé entre deux de ses côtes. Elle est morte quelques minutes plus tard.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.