Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Beppe Grillo


Démocratie directe: la solution pour une Europe qui «ne fonctionne pas»







 Autres langues: 2  Langues: 2

Une sorte de démocratie directe à la Suisse, mais en phase avec la révolution numérique: c’est ce que préconise Beppe Grillo pour une Italie gouvernée par le Mouvement 5 Etoiles (M5S), dans une interview au quotidien Basler Zeitung. Un virage démocratique que l’humoriste considère comme indispensable pour toute l’Europe, qui aujourd’hui «ne fonctionne pas».

Du one-man-show à la politique: Beppe Grillo, fondateur du Mouvement 5 Etoiles sait électriser les foules et semble réussir dans tout ce qu'il entreprend. (Keystone)

Du one-man-show à la politique: Beppe Grillo, fondateur du Mouvement 5 Etoiles sait électriser les foules et semble réussir dans tout ce qu'il entreprend.

(Keystone)

Les artisans de ce virage seront les mêmes que ceux qui ont porté le M5S à la victoire: les citoyens. Selon Grillo, (l’intégralité de son interview, en allemand, est ici), les résultats sortis des urnes reflètent la situation actuelle de l’Italie où, «d’un côté, il n’y a plus rien, et de l’autre, il y a nous, la force motrice».

A ceux qui accusent le M5C d’être isolé, son leader répond: «Nous nous engageons à collaborer avec toute personne capable et honnête, indépendamment du parti auquel elle appartient. Nous ne cherchons pas nos soutiens sur la base de leur appartenance partisane. Chaque citoyen peut donner un signal pour changer son pays, sa vie. Nous offrons cette possibilité».

Sur le modèle suisse

Une possibilité comme celle qui existe et qui fonctionne dans la Confédération helvétique: «Vous les Suisses, vous êtes les maîtres de la démocratie directe. Grâce au référendum de proposition [nommé initiative populaire en Suisse], vous avez débattu du revenu de base inconditionnel. Il a été refusé, mais le débat a eu lieu. En Italie, nous avons encore un long chemin à parcourir, mais nous y arriverons. Nous espérons que la prochaine génération aura plus d’instruments démocratiques à disposition», souligne Beppe Grillo.

Et le M5S s’emploiera à rendre la chose possible, assure Beppe Grillo, même s’il est conscient de la difficulté de l’entreprise. «Ce n’est que maintenant que les gens commencent à comprendre quel est l’objectif véritable du M5S», affirme son leader, en rappelant que quand il l’a fondé avec Gianroberto Casaleggio, personne n’y croyait. «Les gens disaient ‘vous n’y arriverez jamais, c’est impossible’. Mais grâce à nous, l’impossible est devenu possible».

Pour une Europe avec une base démocratique

Quand on lui dit que la victoire du M5S est dans la ligne des succès que connaissent actuellement les partis protestataires en Europe, Beppe Grillo répond: «Parler de partis de protestation, c’est trivial. Il s’agit en réalité d’une vision alternative de l’Europe. Cette Europe ne fonctionne pas. Nous voulons une autre Europe, une Europe des citoyens, dans laquelle le Parlement européen et les Commissions seraient élus par le peuple. Une Europe avec une base démocratique, dans laquelle la dette publique serait répartie entre les pays membres selon les principes de subsidiarité et de solidarité».

Et dans une Europe des citoyens, une votation comme celle du 23 juin sur le Brexit serait une chose tout à fait normale: «Le référendum est un outil optimal. Un éventuel retrait des Britanniques de l’UE ne me fait pas peur. En Italie aussi, les citoyens devraient pouvoir voter pour décider si nous voulons continuer à faire partie de cette Europe».


Les victoires de mouvements comme Podemos ou le M5S sont-ils selon vous l’expression d’un ras-le-bol passager ou le signal d’un changement vers une démocratie participative en Europe? Votre avis nous intéresse.


(Traduction de l’italien: Marc-André Miserez)



Liens

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×