Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

«Swiss Food & Nutrition Valley» La Suisse se rêve en leader mondial de l’innovation alimentaire

Numéro un mondial de l'agroalimentaire, Nestlé - ici son nouveau centre de recherche dédié aux emballages à Lausanne - est un acteur-clé de la «Swiss Food & Nutrition Valley».

(Keystone / Laurent Gillieron)

Quatre institutions vaudoises dont Nestlé et l'EPFL s'unissent pour développer une «Valley» de l’alimentation et de la nutrition helvétique. Une initiative qui vise à faire de la Suisse un acteur incontournable dans ce secteur en plein bouleversement. 

Nourrir 9 milliards d’êtres humains avec des aliments sains et durables: c’est le défi colossal qui attend l’humanité ces prochaines décennies. Avec ses 8 millions d’habitants et une agriculture qui pèse moins de 1% du produit intérieur brut (PIB) national, la Suisse apparaît de prime abord comme un nain face aux grandes puissances agricoles que sont les États-Unis, la Chine, le Brésil ou l’Allemagne.

L'ancien conseiller national Fathi Derder est persuadé que seuls des progrès scientifiques et technologiques permettront de réduire l’impact environnemental de l’alimentation.

(Keystone / Salvatore Di Nolfi)

Pourtant, elle dispose d’atouts considérables dans le domaine des nouvelles technologies agroalimentaires. «La Suisse abrite un écosystème d’innovation unique au monde en matière d’alimentation et de nutrition», estime Fathi Derder, coordinateur du «Swiss Food & Nutrition Valley»Lien externe, un projet lancé à l’occasion du dernier Forum économique mondial de Davos par le Canton de Vaud, l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), l’École hôtelière de Lausanne (EHL) et Nestlé.

Attirer les meilleurs talents

La Suisse accueille non seulement sur son sol des multinationales bien connues de l’industrie agroalimentaire (Nestlé, Syngenta, Firmenich, Givaudan, etc.) mais elle a également vu éclore ces dernières années des dizaines de start-ups actives dans l’agriculture de précision (drones, robots, salades hors sol), les nouvelles techniques d’emballage ou encore le développement de protéines végétales.

Un secteur privé florissant qui peut s'appuyer sur l’expertise d’institutions publiques à la pointe de la recherche internationale, en premier lieu les écoles polytechniques fédérales mais aussi les universités ou encore les centres de recherche en agronomie de la Confédération.

Ces acteurs collaborent déjà depuis de nombreuses années. «Mais face à la concurrence internationale, notamment en Amérique du Nord et en Asie, la Suisse doit renforcer sa position de leadership en s’assurant notamment d’attirer les meilleurs talents», souligne Fathi Derder.

>>Ci-dessous, la liste - non exhaustive - des acteurs actifs dans l'écosystème de l'alimentation et de la nutrition en Suisse:

(Swiss Food & Nutrition Valley)

Intérêt commun

Si les poids lourds tels que Nestlé et l’EPFL sont à la manœuvre, l’initiative est bien accueillie par les plus petits acteurs de l’agro-industrie «Swiss made». «La création de la ‘Swiss Food & Nutrition Valley’ va permettre de renforcer tout le secteur de l’agroalimentaire en Suisse», estime Olga Dubey, fondatrice de la start-up vaudoise AgroSustain, spécialisée dans le traitement naturel de la pourriture grise présente sur de nombreuses variétés de fruits et légumes.

De nos jours, la production alimentaire est responsable de près de 30% des émissions de gaz à effet de serre au niveau planétaire. Or la mise sur le marché de solutions efficaces et durables pour réduire cet impact environnemental passe inévitablement par «des collaborations mutuelles entre des entreprises bien établies avec une forte expertise en agroalimentaire et des jeunes entreprises très innovantes», affirme Olga Dubey.

Malgré des intérêts parfois divergents, tous les acteurs de la branche ont intérêt à évoluer dans un écosystème ultra-performant, estime lui aussi Fathi Derder. Cantons, entreprises, start-ups, hautes écoles et associations faîtières sont ainsi invitées à rejoindre l’association qui verra le jour ces prochaines semaines.

En partenariat avec la Confédération et Présence SuisseLien externe, l’organe chargé de promouvoir l’image du pays à l’étranger, des événements sont prévus tout au long de l’année pour faire connaître la «Swiss Food & Nutrition Valley». «Cette présence internationale est essentielle. L’avantage, c’est qu’on n’a pas besoin de jouer du pipeau puisqu’aucune autre région au monde n’abrite une telle densité d’excellence dans le domaine», martèle Fathi Derder.

Pas assez inclusif?

«Les défis actuels en matière d’alimentation et de nutrition vont bien au-delà du développement de nouveaux produits et procédés de production agroalimentaires»

Hugues Jeannerat, spécialiste en innovation

Fin de la citation

Un discours séduisant et largement inspiré du modèle de la «Silicon Valley» qui a toutes les chances de faire mouche, estime lui aussi Hugues Jeannerat, professeur et spécialiste de l’innovation à l’Université de Neuchâtel. «C’est une initiative pertinente et dans l’air du temps mais qui n’est en soi pas particulièrement révolutionnaire. La recette est bien connue, elle a par exemple été appliquée au secteur médical avec la promotion d’une ‘Health Valley’ helvétique», rappelle-t-il.

Si le spécialiste neuchâtelois salue le projet, il regrette néanmoins que ce type d’initiative reste principalement centré sur des solutions technologiques. «Les défis actuels en matière d’alimentation et de nutrition vont bien au-delà du développement de nouveaux produits et procédés de production agroalimentaires. Les circuits d’approvisionnement, les pratiques de consommation et les modes de vie doivent en même temps être réinventés», relève-t-il. 

Hugues Jeannerat souhaiterait que l’on donne une place privilégiée aux consommateurs, aux paysans et aux associations citoyennes dans cet écosystème d’innovation. «Ce serait une manière d’aborder pleinement ces défis en pensant le changement de concert avec l’économie et la société.»

Vous pouvez contacter l’auteur de cet article sur Twitter: @samueljabergLien externe

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Contenu externe

Vivre et travailler dans les montagnes grâce à Internet

Vivre et travailler dans les montagnes grâce à Internet

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.