Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

America's Cup: larguez les amarres!

Comme il y a quatre ans à Auckland, Alinghi affronte le Team New Zealand en finale de la Coupe de l'America.

(Keystone)

Dès ce samedi, Alinghi et Emirates Team New Zealand s'affrontent à Valence, dans le cadre de la 32e America's Cup.

La première équipe qui cumulera cinq victoires ramènera l'Aiguière d'argent à la maison. Mais qui dispose du bateau le plus rapide?

Alinghi l'a annoncé au dernier moment: le deuxième bateau de l'équipe suisse, le mystérieux SUI 100, est le destrier choisi pour défendre le titre face à Emirates Team New Zealand (ETNZ), le challenger néo-zélandais

Jeudi, avec l'annonce publique des listes d'équipage des deux bateaux et la publication de l'Avis de course (voir encadré), qui précise certaines règles des joutes, les cases manquantes de la 32e America's Cup ont été complétées.

L'heure des spéculations est terminée. A raison d'une manche quotidienne et d'un jour de repos tous les trois jours, c'est désormais le premier voilier qui remportera en premier cinq régates qui ramènera l'aiguière d'argent dans son hémisphère respectif.

En cas de cinq à zéro, la fin des joutes interviendrait en date du 29 juillet prochain déjà. Au plus tard, la fin des régates sera repoussée au 4 juillet. Trois jours de réserve sont ensuite prévus, en cas d'inconvénients météo.

Une course d'architectes

Selon le skipper d'Alinghi, le néozélandais Brad Butterworth, «l'America's Cup est avant tout une course d'architecte: «C'est toujours le bateau le plus rapide qui a remporté la Coupe et je ne vois pas pourquoi cela changerait cette année.»

Le plan d'eau et les airs valenciens, relativement stables, ne laissent en effet que peu de place à la surprise et à la stratégie.

Un bateau doté d'une meilleure vitesse, s'il sait contrôler son adversaire, a de fortes chances de franchir la ligne d'arrivée en premier.

Mais qui dispose du voilier le plus rapide? Difficile à savoir. Le dernier duel entre ces deux équipes date de la fin juin 2006. Alinghi avait aligné son «vieux» SUI 75 et c'est ETNZ qui avait gagné la finale du Valencia Louis Vuitton Acte 12.

Si les hommes d'Alinghi semblent confiants dans leur supériorité technologique, il n'en demeure pas moins que lors des 10 derniers face-à-face, l'équipe suisse à perdu 6 fois contre l'équipe néozélandaise.

Vainqueur des saisons 2004 et 2006, le bateau noir n'aura concédé que la victoire de la saison 2005 à son adversaire suisse.

C'est donc fort d'un léger avantage psychologique que les marins kiwis entrent dans la bataille. En revanche, et à en croire la rumeur, Alinghi disposerait d'un bateau plus rapide.

Samedi, à l'heure ou les deux équipes pénétreront dans l'arène, la réponse à cette question fondamentale ne devrait pas se faire attendre. Quelques minutes après le départ, au moment du premier croisement, le monde de la voile saura enfin lequel des deux bateaux est le plus rapide.

La jeunesse contre l'expérience

Sur le plan des équipages, rappelons la diversité de nationalité des marins d'Alinghi. Chez ETNZ, en revanche, on ne compte pas moins d'une quinzaine de Kiwis sur les 17 marins embarqués.

Plus jeune, d'une moyenne d'âge de 40 ans, ces derniers croiseront le fer avec une équipe dotée d'une moyenne d'âge de 42 ans.

Mais, à l'America's Cup, l'expérience d'un vieux briscard a parfois plus de valeur que la fougue de la jeunesse. Considérons donc que cela constitue un avantage pour Alinghi.

Quoi qu'il en soit, les marins, les observateurs, les fans et le public n'attendent plus qu'une chose: samedi 15h00. Pour qu'Alinghi et ETNZ entrent une nouvelle fois dans l'histoire.

Les premiers pour défendre un titre brillamment acquis le 3 mars 2003, dans les eaux Auckland. Les seconds pour laver l'affront subi par la Nouvelle-Zélande le même jour.

A Valence, la rumeur dit encore que s'ils gagnent, les Kiwis ont prévu une semaine de festivités, une fois de retour au pays.

swissinfo, Pierre-Antoine Preti/Skippers magazine, à Valence

L'équipage d'Alinghi

Ed Baird tiendra la barre d'Alinghi lors de la première régate. Brad Butterworth occupera en tant que tacticien la cellule arrière avec le seul Suisse de l'équipage, Ernesto Bertarelli.

Le Néo-Zélandais Murray Jones sera au poste de stratège tandis que Juan Vila sera navigateur.

Les autres membres d'équipage sont le Néerlandais Pieter van Nieuwenhuyzen, le Canadien Curtis Blewett; les Italiens Francesco Rapetti et Lorenzo Mazza; les Américains Josh Belsky et Matt Welling, les Australiens Will McCarty et Mark McTeigue et les Kiwis Warwick Fleury, Simon Daubney, Dean Phipps et Rodney Ardern.

Fin de l'infobox

Coupe de l'America

La Coupe de l'America est le plus ancien trophée sportif du monde et il attire les meilleurs marins et les plus grandes fortunes du monde depuis 1851.

En 2003, Alinghi a réussi l'exploit de remporter la Coupe à sa première participation mais l'équipe de Suisse a aussi ramené l'Auguière d'argent en Europe pour la première fois depuis plus de 150 ans.

Pour cette Coupe de l'America 2007, le budget d'Alinghi est estimé à 160 millions de francs.

Fin de l'infobox

Le règlement de l'Avis de course

Si la météo le permet, les courses démarreront à 15h00. Les pré-départs, la préparation au départ de la course, seront lancés à 14h50.

Le Comité de course va s'attacher à lancer les régates lorsque le vent est compris entre 7 et 23 nœuds.

Les équipes ne sont autorisées qu'à une modification conséquente du bateau.

Chaque équipe peut changer de bateau en cas de dommages conséquent. Ceci n'est valable que si le bateau d'origine n'est plus en mesure de courir les matches suivants.

Le parcours est de 12,6 milles nautiques. Le temps limite pour passer d'une bouée à l'autre est de 40 minutes.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×