Argent blanchi par la Bank of New York: la Suisse veut réveiller l'enquête

L'immeuble de la Bank of New York à Wall Street. Keystone

Laurent Kasper-Ansermet, le magistrat genevois en charge du dossier sur les milliards du FMI détournés en Russie, veut des réponses aux questions qu´il se pose. Il est arrivé mardi aux Etats-Unis dans le cadre d´une commission rogatoire internationale.

Ce contenu a été publié le 15 août 2000 - 17:28

Curieusement, la Suisse est le dernier pays qui continue d'enquêter sur ce gigantesque détournement de fonds.

L'été dernier, la presse américaine révèle qu'entre 1996 et 1999, sept milliards de dollars provenant de prêts du Fonds monétaire international (FMI) et destinés à la Russie s'étaient évaporés dans la nature. Cette somme colossale aurait transité par des comptes de la Bank of New York, avant d'être ventilée sur divers comptes off-shore.

En octobre 1999, des représentants du Département américain de la justice demandent la collaboration de la justice helvétique. Et le juge d'instruction genevois Laurent Kasper-Ansermet bloque rapidement 26 millions de francs.

Mais depuis, plus rien. La commission rogatoire urgente adressée le 28 janvier dernier par Genève aux autorités américaines est restée sans réponse. Et le séjour de Laurent Kasper-Ansermet à New York et Washington en février n'a pas donné plus de résultat. «Je pense que cette fois les Etats-Unis sont obligés de me donner des réponses», a déclaré le magistrat suisse à swissinfo avant son départ.

La justice helvétique n'est pas directement impliquée dans ce scandale. Elle s'étonne toutefois que les Etats-Unis, souvent très prompts à dénoncer les lenteurs suisses, se désintéressent de ce scandale depuis l'élection de Vladimir Poutine à la présidence russe. De son côté, la justice russe n'a toujours pas ouvert d'enquête pour savoir où sont passés les milliards destinés à redresser son économie.

Laurent Kasper-Ansermet a perquisitionné la semaine dernière dans deux banques du Tessin. L'une d'entre elle, dont il n'a pas souhaité donner le nom, aurait versé 1,4 milliard de dollars sur un compte de la Bank of New York.

A New York, le magistrat genevois doit rencontrer des fonctionnaires du parquet fédéral américain. Et à Washington des membres de la commission parlementaire sur les banques.

Ian Hamel

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article