Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Calmy-Rey veut se rapprocher de Washington

L'entretien de Mme Calmy-Rey (à g.) avec Mme Rice a été «fructueux» et «amical».

(Keystone)

La cheffe de la diplomatie suisse Micheline Calmy-Rey, en visite à Washington, a appelé à une intensification des relations bilatérales avec les Etats-Unis.

Lors de son entretien avec son homologue américaine Condoleezza Rice, Mme Calmy-Rey en a profité pour exprimer sa préoccupation sur le sort des prisonniers de la base cubaine de Guantanamo.

L'entretien avec Mme Rice a été «fructueux» et «amical», a indiqué lundi soir la conseillère fédérale lors d'une conférence de presse après sa première visite officielle à Washington. «Ensemble, nous avons pu jeter des bases solides pour un futur dialogue structuré, dynamique et constructif», a ajouté Mme Calmy-Rey.

La cheffe du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a insisté sur le besoin de «structurer et rendre plus cohérentes» les relations bilatérales avec les Etats-Unis.

«Nous sommes convenues de rechercher des modalités appropriées pour accroître et structurer notre coopération dans les secteurs où nous avons des intérêts mutuels», a-t-elle ajouté.

Accord de libre-échange

Le gouvernement a récemment décidé que la Suisse ne doit pas seulement développer ses relations avec l'Union européenne (UE) mais également avec d'autres partenaires, comme les Etats-Unis. Il a ainsi manifesté son intérêt à conclure un accord de libre-échange avec Washington.

Il vient de charger le Ministère de l'économie (DFE) de lancer des discussions exploratoires. Le patron du DFE Joseph Deiss doit, lui, se rendre à Washington le 20 juillet dans ce but.

Lundi à Washington, Mme Calmy-Rey a souligné que le rapprochement avec les Etats-Unis ne mettait pas en cause les relations de la Suisse avec les pays voisins. «Les buts du Conseil fédéral et la politique à l'égard de l'UE n'ont pas changé», a-t-elle assuré, alors que la nouvelle stratégie du gouvernement a soulevé des critiques dans les milieux pro-européens.

Guantanamo

La conseillère fédérale a, par ailleurs, assuré avoir abordé la question de la base américaine de Guantanamo à Cuba. «J'ai dit que la Suisse se sentait très concernée et en soucis par le fait que des catégories spéciales de personnes appelées combattants ennemis ne soient pas protégées par les Conventions de Genève», a déclaré la conseillère fédérale.

Selon Mme Calmy-Rey, son homologue américaine a indiqué avoir lu un mémorandum sur Guantanamo, remis il y a deux semaines par le secrétaire d'Etat aux affaires étrangères Michael Ambühl.

La cheffe de la diplomatie suisse a exprimé la même préoccupation sur «la pratique des renvois extraordinaires» de détenus vers d'autres pays. «Elle ne permet pas de soustraire la personne à la torture», a-t-elle relevé, faisant référence à une pratique dénoncée ces derniers mois par des ONG dans le cadre de la guerre contre le terrorisme lancée par les Etats-Unis.

Une conférence pour un emblème

Les entretiens ont également porté sur la question d'un nouvel emblème du Mouvement de la Croix-Rouge, à côté de la croix et du croissant, dans le cadre d'un protocole additionnel aux Conventions de Genève. L'adoption de cet emblème permettrait à Israël, allié traditionnel des Etats-Unis, d'intégrer le Mouvement.

La conseillère fédérale a, dans ce contexte, évoqué la convocation en octobre d'une conférence des Etats parties aux Conventions de Genève, dans le but de résoudre cette question.

Fonds Abacha

Mme Calmy-Rey a aussi rencontré le nouveau président de la Banque mondiale, Paul Wolfowitz. Selon elle, il a «félicité la Suisse» de son initiative sur les fonds détournés par l'ex-dictateur nigérian Sani Abacha. «Le gouvernement suisse a clairement affirmé sa volonté de restituer ces fonds», a-t-elle rappelé.

«Nous avons eu quelques problèmes sur le rôle de la Banque mondiale. Je suis confiante que, très vite, nous arriverons à nous mettre d'accord», a-t-elle avancé.

Mardi, la conseillère fédérale doit se rendre aux Nations unies à New York pour parler notamment des réformes de l'institution. Elle rencontrera à cette occasion le secrétaire général Kofi Annan.

swissinfo et les agences

En bref

- La ministre des Affaires étrangères Micheline Calmy-Rey s’est rendue pour la première fois aux Etats-Unis.

- La dernière visite d’un chef de la diplomatie helvétique remonte à 2001.

- Mme Calmy-Rey a rencontré son homologue américaine Condoleezza Rice et Paul Wolfowitz, président de la Banque mondiale.

- Mardi à New York, elle doit rencontrer le secrétaire général de l’ONU Kofi Annan.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.