Navigation

Fenêtre n°5: canton de Neuchâtel

arthur-henry.com

Alors qu’il s’ennuyait pendant des vacances avec ses parents, Arthur Henry a mis le doigt – ou plutôt la langue – dans l’engrenage du beatbox.

Ce contenu a été publié le 05 décembre 2020 - 00:00

Le beatbox, c’est l’art de faire des bruitages et des rythmes avec sa bouche. Et le Chaux-de-Fonnier le maîtrise à la perfection. Enfant de musiciens, son père est jazzman et sa mère cantatrice, Arthur HenryLien externe a étudié le piano et pris des cours d’accordéon. Mais il a choisi de «faire des bruits avec sa bouche», comme il le dit lui-même.

Cette envie s'est déclarée un peu par hasard, lorsqu’un été, alors âgé de 15 ans, il s’ennuyait durant les vacances familiales. Pour passer le temps, il s’amuse à produire des rythmes avec sa bouche. Et le voilà piqué par le virus. A son retour, il visionne des vidéos et essaie de reproduire les sons qu’il entend. Un apprentissage parfois frustrant, qui nécessite patience et persévérance.

Retrouvez quotidiennement sur notre application 📱SWI plus📱 un résumé de l'actu et échangez entre vous et avec nous sur notre forum.
👉 AndroidLien externe
👉 iPhoneLien externe

End of insertion

Comme tout beat boxer, Arthur Henry participe à de nombreuses «battles» (duels vocaux). Mais ses aspirations artistiques vont plus loin. «Si tu fais juste du beatbox, ça ne va intéresser personne. Si tu fais un truc artistique, si tu fais du beau avec du beatbox, alors là ça a du sens», dit-il. Fort de cette conviction, il se met à collaborer avec différents musiciens et chanteurs. Cela lui permet d’élargir son spectre musical, mais surtout d’avoir le courage de ses ambitions: en février 2019, il sort son premier album solo intitulé #WhoAmI (qui suis-je ?).

Pour découvrir Arthur Henry, son histoire, ses sons, c’est par ici:

Contenu externe

Pour écouter Arthur Henry en battle de beatbox, c’est par là:

Contenu externe


L'art dans tous ses états

Cette année, SWI swissinfo.ch a décidé de consacrer son calendrier de l’Avent au monde de la culture – et plus particulièrement de la culture suisse. Concerts annulés, musées fermés, représentations interdites… la crise du coronavirus a durement touché les artistes, tous domaines confondus.

Afin de les soutenir à notre manière et de vous permettre de découvrir leurs univers aussi magiques que variés, nous vous invitons à ouvrir quotidiennement une nouvelle fenêtre, qui dévoilera chaque jour une personnalité. Suivez-nous au gré du mois de décembre et rencontrez ici une rappeuse du Valais, là un danseur de Bâle, ici une écrivaine de Thurgovie, là un trompettiste de Fribourg…

End of insertion


Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.