Défaits, les combattants suisses misent sur le futur

Prochaines étapes: les championnats d'Europe et la Coupe du monde. Keystone

La formation helvétique de taekwondo ne ramène pas de médaille de Corée du Sud. Pour elle, il s'agissait surtout de se rôder avant les JO d'Athènes.

Ce contenu a été publié le 07 novembre 2001 - 12:04

L'équipe suisse a donc fait long feu. Sur les six concurrents helvétiques, seul Gomez Luciano est parvenu à gagner un combat.

Les autres n'ont pas dépassé le premier tour. Ces résultats n'inquiètent pourtant pas réellement Amhand Abdennebi, l'un des coachs suisses.

Il voit trois raisons à cet échec: Tout d'abord, les tirages ont été extrêmement difficiles. «Christiana Bach et Niko Kricka sont tombés sur les champions olympiques de leurs catégories et futurs vainqueurs de l'épreuve, Iris Peinelt sur la future médaille de bronze.»

«Ensuite, dit-il, l'équipe helvétique n'est pas encore une grande équipe européenne, comme la France ou l'Italie. Nous n'avons pas les moyens pour y parvenir. Enfin, notre équipe est extrêmement jeune. Nous misons donc sur l'avenir.»

Pour aider cette nouvelle génération, âgée de vingt à vingt-quatre ans - Christiana Bach mise à part - la fédération a engagé celui que Amhand Abdennebi considère comme l'un des tous meilleurs entraîneurs au monde.

Encore deux ans...

Depuis deux ans, Jang Hyuk forme les jeunes pour leur permettre d'éclater réellement au niveau international dans deux ans.

Pour le moment, ce genre de rendez-vous leur permet de se rôder au haut-niveau, d'apprendre au contact des meilleurs mondiaux et d'emmagasiner de l'expérience.

«C'est la première fois que je me rends à une épreuve de ce niveau, souligne Galatia Grigoriadis. On se rend notamment compte d'un élément important: si l'on ne combat pas dans les premiers jours, on perd beaucoup d'influx.»

Il s'agit, précise Galatia Grigoriadis, «d'une expérience qui devrait me permettre d'être mieux préparé mentalement la prochaine fois».

La prochaine étape, c'est justement les championnats d'Europe et la Coupe du monde. Mais l'objectif ultime demeure, pour tous, les Jeux Olympiques d'Athènes.

Tristan de Bourbon, Cheju

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article