Navigation

Un drame qui avait aussi touché la Suisse

Contenu externe


Ce contenu a été publié le 27 octobre 2017 - 17:02
swissinfo.ch avec l'ats et la RTS (Téléjournal du 26.10.2017)

La mort tragique du président américain est entourée de mystère depuis des décennies, alimentant conjectures et spéculations. La publication aux Etats-Unis de documents liés aux circonstances de ce crime a également été suivie avec intérêt en Suisse, où le meurtre de John F. Kennedy avait suscité beaucoup d'émotion.

L'administration Trump a publié jeudi 2891 dossiers liés à l'assassinat du président américain John F. Kennedy sur le site des Archives nationales américaines. Certains documents resteront toutefois confidentiels à la demande du FBI et de la CIA. Le délai de 25 ans, qui a expiré le 26 octobre 2017, prévu par une loi sur la publication des données encore secrètes relatives à ce crime et adoptée en 1992, a ainsi partiellement été respecté.

Donald Trump a justifié ce choix par les pressions exercées par les agences de renseignement, CIA et FBI en tête. Celles-ci estiment que «certaines informations pourraient porter atteinte à la sécurité nationale, au maintien de l'ordre ou aux affaires étrangères», selon un communiqué des Archives nationales. 

Le président John F. Kennedy avait été abattu le 22 novembre 1963 à Dallas, alors que lui et son épouse Jacqueline étaient transportés en voiture de l'aéroport au centre de la ville texane. Un événement tragique qui a aussi profondément touché la population suisse, comme le montrent ces archives de la télévision suisse.

L'assassinat de John F. Kennedy a également fait la Une des journaux suisses. Le soir même, la Neue Zürcher Zeitung a été publiée avec un numéro spécial consacré à ce crime, documenté par des images télévisées. Le journal de Bâle Basler Nachrichten écrivait le lendemain: «Des centaines de personnes sont descendues dans les rues à la recherche d'informations fiables, se sont regroupées devant les magasins avec des téléviseurs exposés dans la vitrine» et un peu partout, les drapeaux ont été mis en berne.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.