Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Berne fait le point sur l'économie algérienne

Abdelaziz Bouteflika et Joseph Deiss lors de la visite du président algérien en 2004 à Berne.

(Keystone)

En visite officielle en Algérie, le ministre suisse de l'économie Joseph Deiss tentera de renforcer les relations économiques entre les deux pays.

Le voyage intervient un an après la visite du président algérien Abdelaziz Bouteflika à Berne, durant laquelle un accord de soutien aux investissements avait été signé.

«Actuellement, les relations économiques entre les deux pays ne sont pas particulièrement fortes. La Suisse, par exemple, n'importe que du pétrole d'Algérie», explique à swissinfo la porte-parole du ministère suisse de l'économie Evelyn Kobelt.

«Mais l'Algérie a tenté d'améliorer son infrastructure ces dernières années et a investi plus de 66 milliards de francs. Il y a donc des opportunités intéressantes pour les entreprises helvétiques, en particulier dans le secteur ferroviaire.»

Samedi, Joseph Deiss va d'ailleurs participer, aux côtés du ministre des transports algérien Mohamed Maghlaoui, à la journée ferroviaire algéro-suisse, qu'organise Swissrail, l'organisation faîtière de l'industrie ferroviaire helvétique.

Le directeur des Chemins de fers fédéraux (CFF) Benedikt Weibel accompagnera la délégation suisse.

Réforme du marché

La visite de Joseph Deiss a également pour objectif de soutenir la libéralisation du marché algérien et la réforme structurelle, lancée au-milieu des années 90.

«Le processus semble progresser, essentiellement parce que le gouvernement y est davantage favorable aujourd'hui. La délégation suisse fera d'ailleurs le point sur l'évolution de cette réforme», précise Evelyn Kobelt.

Le conseiller fédéral rencontrera notamment le ministre algérien du commerce El-Hachemi Djaaboub et le ministre des participations et de la promotion des investissements, Abdelhamid Temmar.

Lors des entretiens, il sera aussi question de l'accord entre l'Association européenne de libre-échange (AELE) et l'Algérie. Les membres de l'AELE – Islande, Liechtenstein, Suisse et Norvège – ont décidé cette semaine à Genève d'accélérer le processus de négociation avec l'Algérie.

Intensification des échanges

L'année dernière, les exportations de la Suisse vers l'Algérie ont bondi de 37% par rapport à 2003 à 190 millions de francs. Avec la hausse des cours du pétrole, les importations algériennes ont également fortement progressé de 31% à 168 millions.

Selon Viktor Grabik, directeur régional pour l'Afrique sub-saharienne auprès de l'Organisation suisse pour la facilitation des investissements (SOFI), l'Algérie représente un important potentiel économique qui ne demande qu'à être exploité.

Les échanges économiques vont s'intensifier, prédit-il, mais les investisseurs étrangers sont pour l'heure réticents.

Promouvoir les investissements

«L'économie algérienne est encore largement sous contrôle de l'Etat, ce qui ne la rend pas très attractive aux yeux des entreprises étrangères, même si les milieux économiques helvétiques saluent le processus de libéralisation en cours.»

«En termes d'investissement, l'Algérie n'offre pas actuellement d'avantages particuliers par rapport à ses pays voisins», ajoute Viktor Grabik.

La semaine prochaine, la Chambre arabo-suisse du commerce et de l'industrie tentera de changer cette image, lors d'un séminaire à Genève sur la promotion des investissements en Algérie.

swissinfo, Adam Beaumont
(Traduction de l'anglais: Alexandra Richard)

En bref

- Les relations entre la Suisse et l'Algérie remontent à la guerre d'indépendance menée contre la colonisation française (1954-1962).

- La Suisse a joué un rôle important dans le processus de négociations qui a mené à la signature des accords d'Evian, le 18 mars 1962.

- En novembre 2004, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a effectué un voyage officiel en Suisse. Au cours de sa visite, un accord de soutien aux investissements a été signé, à Berne.

- La Suisse importe essentiellement du pétrole et d'autres carburants d'Algérie. L'Algérie, elle, importe des machines et des produits pharmaceutiques de Suisse.

Fin de l'infobox

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.