Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les ambitions chinoises d'UBS

La Chine devrait ouvrir son secteur bancaire aux étrangers en 2006.

(Keystone)

La première banque de Suisse lorgne du côté de la Chine. UBS a confirmé jeudi discuter un partenariat stratégique avec la Bank of China.

Ces discussions concernent un partenariat impliquant une collaboration commerciale dans le domaine de la banque d'investissement. Les détails restent pour l’heure confidentiels.

UBS discute d'une participation stratégique dans la Bank of China (BOC), l'une des quatre grandes banques publiques chinoises. La négociation porte sur un montant de 500 millions de dollars (environ 635 millions de francs).

L'information constitue une nouvelle étape après l'annonce début avril de la volonté de la BOC, considérée comme le numéro un chinois pour les transactions de change, de faire entrer trois investisseurs dans son capital. Depuis, les noms d'UBS, Bank of America, JP Morgan et Deutsche Bank avaient été évoqués.

En publiant un communiqué, UBS valide un article paru mardi dans l'édition asiatique du Financial Times. Selon le quotidien, toute prise de participation d'UBS dans la BOC consoliderait la position de la banque helvétique comme chef de file pour l'entrée en bourse de la banque chinoise.

Une priorité pour l’UBS

L'opération est estimée entre 3 et 4 milliards de dollars et pourrait intervenir entre fin 2005 et début 2006. D'après le FT toujours, elle rapporterait près de 140 millions en commissions.

Plus généralement, UBS souhaite accroître la part de ses revenus en provenance d'Asie ces cinq prochaines, pour la faire passer de 10 à 15%.

En février dernier, le directeur général d’UBS Peter Wuffli avait d’ailleurs déclaré à swissinfo que l’Asie – et en particulier la Chine et le Japon – était en tête de la liste de ses priorités pour ce qui concerne les chances de croissance régionale.

S’exprimant à l’issue d’une conférence annuelle au cours de laquelle la banque avant annoncé un bénéfice record de plus de 8 milliards de francs, Peter Wuffli avait encore indiqué que cette région représentait «une opportunité séduisante» avec des taux de croissance «impressionnants».

Accroître la compétitivité

Début juin, la BOC avait dit espérer vendre plus de 10% de son capital à des investisseurs étrangers. Elle cherche à augmenter sa compétitivité afin de rivaliser avec les banques étrangères lorsque celles-ci auront un accès libre au marché chinois à la fin 2006, conformément aux accords conclus avec l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

La Bank of America a de son côté déjà franchi le pas d'un accord en Chine avec une participation de 3 milliards de dollars dans la China Construction Bank, annoncée il y a quelques jours. La China Construction Bank devrait faire son entrée à la Bourse de Hong Kong cette année encore.

swissinfo et les agences

Faits

Les quatre principales banques chinoises: Bank of China, Industrial and Commercial Bank of China, China Construction Bank et Agricultural Bank of China.
La Bank of China met l'accent sur les activités traditionnelles du secteur bancaire comprenant le corporate banking, le retail banking et une collaboration avec les instituts financiers.
La Chine a promis d'ouvrir son secteur bancaire aux étrangers en 2006.

Fin de l'infobox

En bref

- La Chine compte 1,3 milliard d'habitants, soit environ 20% de la population mondiale.

- Ces dix dernières années, elle a enregistré un taux de croissance annuel de 8% en moyenne. Elle est désormais la 7e puissance économique mondiale.

- Selon le Secrétariat d'Etat à l'économie, les investissements directs de la Suisse en Chine sont estimés à environ 5 milliards de francs, ce qui fait de la Suisse le 15e investisseur étranger en Chine.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.