Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les signaux de croissance sont au vert

La consommation privée est un des moteurs de l'économie.

(Keystone)

L'économie suisse est en excellente forme. L'institut de recherches conjoncturelles de l'Ecole polytechnique fédérale (KOF) a, de fait, corrigé à la hausse ses prévisions de croissance.

Pour 2007, le KOF estime que le produit intérieur brut (PIB) devrait croître de 2,4%. Cet optimisme reste de mise pour l'an prochain.

L'institut zurichois est plus optimiste que le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) qui, à l'instar de la Banque nationale suisse (BNS) et du Fonds monétaire international (FMI) prévoit une croissance de 2% cette année. Credit Suisse mise sur une hausse de 2,2% et l'institut conjoncturel BAK de 2,1%.

Dans ses prévisions d'automne, le KOF avait prévu une progression de 2,1% du PIB. Mais il a corrigé cette tendance à la hausse. De même, l'institut zurichois relève son estimation à 2,5% pour l'an prochain alors qu'il la fixait à 1,5% auparavant.

La croissance économique helvétique va certes s'affaiblir temporairement au cours des 2e et 3e trimestres de l'année en cours. Mais une reprise est attendue dès la fin d'année.

Recul du chômage et stabilité des prix

Selon les chercheurs du KOF, le tassement de la croissance, à la fin du premier semestre et au début du suivant, sera moins important qu'attendu.

Dans leur présentation mardi à Zurich, ils ont également relevé que les perspectives macro-économiques demeuraient positives. La croissance s'accompagnera d'une stabilité des prix et d'un recul du chômage.

La consommation privée deviendra cette année le véritable soutien de la conjoncture. Ses taux de croissance seront suffisamment élevés pour atténuer le ralentissement de l'économie extérieure.

Centre de recherches conjoncturelles

Le Centre de recherches conjoncturelles de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (KOF) publie l'une des prévisions économiques les plus ...

Les exportations souffrent

Selon le KOF toujours, les exportations fléchiront avant de se reprendre parallèlement à la reprise de l'économie mondiale. Les ventes de marchandises suisses dans la zone dollar souffriront du ralentissement de l'économie américaine et de la dépréciation du billet vert.

Les taux de progression des exportations de services resteront plutôt bas. Le tourisme bénéficiera pour sa part des effets du Championnat d'Europe de football en 2008.

Au niveau des investissements, la période de haute conjoncture va prendre fin. La croissance des biens d'équipement en rythme annuel s'abaissera sous la barre des 4%. Les investissements dans la construction diminueront en 2008, pour la première fois depuis plusieurs années.

Resserrement de la BNS

Le renchérissement baissera à 0,3% cette année, contre 1,1% en 2006, selon le KOF. Ce niveau réduit est avant tout lié à l'évolution du prix des produits pétroliers.

De fortes réductions des tarifs sont attendues dans les télécommunications. Les services publics et les loyers vont en revanche augmenter au-delà de la moyenne.

Les taux directeurs, que la Banque nationale suisse (BNS) a relevé de deux points de pourcentage depuis 2004, devraient subir quant à eux un nouveau tour de vis.

Le KOF envisage un relèvement de 25 points de base au plus tard au 3e trimestre 2007. Le Libor à trois mois se situera ainsi à 2,5%.

swissinfo et les agences

Produit intérieur brut (PIB)

Le PIB mesure la performance de l'économie nationale au cours d'une année. C'est la mesure la plus large de l'activité économique menée sur territoire national.

Il mesure la production totale des biens et services produits en Suisse pour autant qu'ils ne soient pas consommés pour en produire d'autres.

Et ne tient pas compte de la nationalité des entreprises qui produisent ces biens et services en Suisse.

En lui ajoutant les revenus reçus de l'étranger par des résidents en Suisse et en lui soustrayant les revenus versés à des résidents à l'étranger, on obtient le Produit national brut (PNB).

Fin de l'infobox

La comparaison des prévisions

Croissance du PIB en % en Suisse en 2007 et 2008:

Secrétariat d'Etat à l'économie (seco): 2,0 / 1,7
Banque nationale suisse (BNS): 2,0 /
L'institut de recherches conjoncturelles
de l'Ecole polytechnique fédérale (KOF): 2,4 / 2,5
UBS: 1,8 / 2,0
Credit Suisse: 2,2
Basel Economics (BAK): 2,1 / 2,0
Institut de macroéconomie appliquée (CREA): 1,6 / 1,8
Fond monétaire international: 2,0
Organisation de coopération et de développement
économiques (OCDE): 2,2 / 2,0

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×