Nouvelle grève chez Swissmetal à Reconvilier

Fait rare en Suisse: en novembre 2004, les ouvriers de Reconvilier ont été en grève pendant dix jours. Keystone

Les ouvriers de l'usine Swissmetal à Reconvilier, dans le Jura bernois, ont repris la grève mercredi après-midi pour une durée indéterminée.

Ce contenu a été publié le 25 janvier 2006 - 20:56

Par cette action, ils s'opposent aux restructurations annoncées fin 2005 par la direction. En novembre 2004, les ouvriers s'étaient déjà mis en grève durant dix jours.

L'arrêt du travail a été décidé avec effet immédiat lors d'une assemblée du personnel, par 218 oui contre 32 non, précise Fabienne Blanc-Kühn, membre du comité directeur du syndicat Unia.

Les collaborateurs du groupe métallurgique refusent en particulier les 80 suppressions d'emplois (sur 320) prévues sur leur site, d'ici à 2010.

Tout de suite après la réunion, la commission du personnel a rencontré des responsables de Swissmetal, dont Martin Brendel, vice- président exécutif du groupe, pour leur annoncer la reprise de la grève.

Dans un bref communiqué publié mercredi soir, la direction de Swissmetal se dit prête à poursuivre les discussions en cours avec les employés et les commissions du personnel, mais à la seule condition d'un arrêt immédiat du mouvement de grève.

Refus total

Pour l'heure le personnel du Jura bernois rejette en bloc les décisions annoncées le 12 décembre dernier. Swissmetal avait alors confirmé vouloir concentrer ses activités lourdes à Dornach, dans le canton de Soleure. Le site de Reconvilier ne conserverait que la finition de fils et barres.

Les activités de fonderie, de presse et de finition de profilés seraient par conséquent regroupées à Dornach. Le coup d'envoi des travaux d'installation de la nouvelle presse à extrusion, devisés à 25 millions de francs, a d'ailleurs été donné mercredi, indique Swissmetal.

La grève lancée mercredi a pour but de faire revenir la direction sur ses projets. «Le protocole d'accord signé fin 2004 à Berne suite à la première grève des employés de Reconvilier n'a pas été respecté», explique Fabienne Blanc-Kühn.

En novembre 2004, les ouvriers de Swissmetal s'étaient déjà mis une première fois en grève durant dix jours. Ils contestaient alors en particulier le patron de la société, Martin Hellweg.

Promesses non tenues

Le conflit s'était achevé sur la promesse que Reconvilier bénéficierait de nouveaux investissements, qu'un nouveau directeur serait nommé pour le Jura bernois et que la direction générale compterait une représentation équitable des deux sites de production de Swissmetal.

«Vu le peu de cas qui a été fait de cet accord depuis sa signature, le personnel va cette fois exiger davantage de garanties de la part de Swissmetal pour mettre fin à son mouvement de grève», écrit le syndicat Unia dans un communiqué.

Les deux usines du groupe sont sous tension depuis des semaines, selon le syndicat. Vingt-sept licenciements répartis sur les deux sites ont d'ailleurs été annoncés la semaine dernière, parallèlement aux ventes 2005 de l'entreprise, en baisse de 3% à 198 millions de francs.

Pressions sur le personnel

«Le personnel et ses représentants ont reçu l'interdiction de parler à la presse», poursuit Unia. Le personnel réaffirme qu'il est «persuadé que son entreprise est compétitive et rentable».

Le mouvement de grève a reçu l'appui du Comité de soutien à la Boillat (ancien nom de l'usine encore utilisé aujourd'hui dans la région de Reconvilier). Un comité emmené par le député jurassien démocrate-chrétien Pierre Kohler et le maire de Moutier (BE) Maxime Zuber.

Les deux politiciens estiment que Martin Hellweg et «ses comparses» doivent «être tenus pour seuls et uniques responsables, non seulement de cette rupture de paix sociale, mais surtout des risques très graves encourus désormais par l'ensemble du groupe Swissmetal».

Spécialisée dans les produits dérivés à base de cuivre, l'usine Boillat a été fondée en 1855 à Reconvilier. En 1986, elle a fusionné avec Dornach et Selve pour former le holding Swissmetal, dont le siège est à Berne.

swissinfo et les agences

Faits

En 2005, Swissmetal a réalisé un chiffre d'affaires brut de 198 millions de francs, en baisse de 3% par rapport à l'année précédente.
La valeur ajoutée brute (chiffre d'affaires sans le métal) a atteint 103,5 millions, soit 12% de moins qu'en 2004.
Les prix du métal ont continué à augmenter en 2005, comme cela avait déjà été le cas l'année précédente, ce qui explique la diminution plus faible du chiffre d'affaires brut par rapport à celle de la valeur ajoutée brute.

End of insertion

En bref

- Swissmetal a élaboré une stratégie sur cinq ans basée sur une concentration des compétences entre Reconvilier et Dornach.

- Le site de Dornach verra un renforcement de la transformation à chaud. Celui de Reconvilier ne conserverait que la finition de fils et barres.

- Cette stratégie coûtera au total 150 emplois sur 750.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article