Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Produits d’origine animale Quand le Parlement dit non, on mise sur le peuple

Weisse Füchse in Käfigen

Dans la production de fourrure, les animaux sont enfermés dans des cages étroites. Cela serait interdit en Suisse.

(Sylvain Cordier/Biosphoto/AFP)

Le Parlement suisse a refusé d’interdire l’importation de foie gras, de cuisses de grenouille et d’autres produits provenant d’animaux ayant subi de mauvais traitements. Deux initiatives populaires pourraient toutefois permettre à cette revendication de réaliser une percée. 

En Suisse, si vous échouez à faire passer une intervention parlementaire, la démocratie directe peut encore vous venir en aide. Un non du Parlement ne signifie de loin pas un non du peuple. Dès lors, en lançant une initiative populaire, on peut faire un pied de nez au Parlement avec le soutien des électeurs.

Cela s’est récemment produit avec l’interdiction d’importation de produits dont la production est interdite en Suisse, car elle implique de mauvais traitements envers les animaux. Après la décision du Conseil des EtatsLien externe (Chambre haute du Parlement) de continuer à autoriser l’importation de ces produits, le 28 novembre, une alliance d’organisations de défense des animauxLien externe a annoncé vouloir lancer une initiative populaire fédérale. Un texte qui viserait à obtenir la mise en œuvre de la motionLien externe refusée par le Parlement et lancée par le député socialiste (PS) Matthias Aebischer.

Plutôt deux fois qu’une

L’initiative pour des aliments équitables Lien externedes Verts (écologistes) vise déjà à interdire l’importation de denrées alimentaires qui ne sont pas conformes aux réglementations locales en matière de protection des animaux. Pourquoi un autre texte d’Alliance Animale Suisse est-il donc nécessaire?

L’initiative pour des aliments équitables est plus large et ne vise pas exclusivement les produits d’animaux ayant subi des mauvais traitements. Elle vise à promouvoir les denrées alimentaires produites dans le respect de l’environnement, des ressources, des animaux et dans des conditions de travail équitables. L'objectif est de réduire les déchets alimentaires et de donner aux produits saisonniers un avantage commercial, afin de protéger l'environnement et le climat.

Michael Gehrken d’Alliance Animale Suisse estime que l’acceptation de l’initiative des Verts rendrait celle des organisations de défense des animaux caduque. Elle aurait toutefois son utilité si elle est rejetée. Comme l’initiative pour des aliments équitables a une portée plus large, il semble tout à fait concevable que les électeurs la rejettent, tout en acceptant le texte sur l’interdiction d’importer des produits d’animaux ayant subi des mauvais traitements.

Viande halal et cachère non concernée

Quelles produits ne pourront plus être importés en Suisse si le peuple accepte l’initiative populaire fédérale d’Alliance Animale Suisse? «Tous les produits d’animaux ayant subi des mauvais traitements», dit Michael Gehrken, qui refuse de nommer un seul produit. Selon lui, tous les produits dont le mode de fabrication est interdit en Suisse seraient concernés.

A une exception près: selon Michael Gehrken, la viande halal et cachère ne tomberait pas sous le coup de l'initiative, bien que l’abattage sans étourdissement préalable soit interdit en Suisse. «Les droits fondamentaux - en particulier la liberté religieuse - sont garantis en Suisse», argumente-t-il.

Produits obtenus par cruauté envers les animaux

Voici les produits qui ne plaisent pas aux défenseurs des animaux (selon les informations de «Tier im Recht»).

Œufs issus de l'élevage en batterie: les animaux vivent dans des espaces restreints, ce qui est interdit en Suisse.

Foie gras: Les oies et les canards sont engraissés par alimentation forcée plusieurs fois par jour. L'utilisation d'un tube métallique inséré dans l'œsophage cause souvent des blessures. En Suisse, cette pratique est considérée comme de la cruauté envers les animaux et donc interdite.

Cuisses de grenouille: les pattes sont souvent déchirées sans que l'animal soit d'abord assommé. L'animal meurt souvent après des heures de souffrance. En Suisse, cette pratique est interdite.

Fourrure: Les animaux sont obligés de vivre dans des cages étroites avec un fond grillagé. Ils sont constamment soumis à des stimuli externes et n'ont aucune possibilité de se retirer. Pour capturer ces animaux à l'état sauvage, des pièges sont habituellement utilisés, ce qui leur inflige souvent des souffrances et des blessures mortelles.

Œufs de cailles: pour la production d'œufs de cailles, les oiseaux migrateurs, qui vivent généralement en petits groupes, sont conditionnés dans des cages en batterie dans lesquelles ils ne peuvent presque pas se déplacer. Ce type d’élevage est interdit en Suisse.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×