Navigation

La montre de luxe face au franc fort

Au salon de Genève, professionnels de l'horlogerie et des médias viennent admirer de belles mécaniques. Keystone
Ce contenu a été publié le 19 janvier 2015 - 10:57
swissinfo.ch

Pour sa 25e édition, le Salon International de la Haute Horlogerie (SIHH), qui s’ouvre ce lundi à Genève, se serait bien passé du séisme déclenché par la décision de la Banque nationale suisse (BNS) de laisser flotter le franc. Difficile de dire toutefois si elle affectera les affaires dans ce segment du luxe.

C’est le rendez-vous de la belle montre. Et de la montre chère. Contrairement à BaselworldLien externe, le SIHHLien externe n’est pas ouvert au public, mais aux seuls professionnels et aux journalistes. Pour fêter son quart de siècle, le salon attend quelque 15'000 visiteurs, dont 1500 représentants des médias.

Côté exposants, ils sont seize - dont douze appartiennent au groupe Richemont -, sur une surface de près de 40'000 mètres carrés à Palexpo Genève. Des chiffres qui montrent une belle croissance depuis la première édition, qui avait réuni cinq marques sur 4500 mètres carrés.

Quels effets aura la subite hausse du franc sur la marche des affaires? Difficile à dire. Comme le relève «La Tribune de GenèveLien externe», «les effets de ce ‘tsunami’ monétaire sont plus subtils à mesurer qu’un simple calcul de change. La branche a été en mesure de surmonter la crise financière de 2007 et la surenchère sur le franc qui a suivi […] comme le prouvent les résultats du groupe Richemont, qui enregistre un bond du chiffre d’affaires dans une Europe en plein marasme».

Le quotidien local ne semble donc par trop inquiet pour l’avenir de la belle montre. Selon son éditorialiste, la décision de la BNS «ne sonne pas le glas de l’horlogerie helvétique, car la mécanique de précision et les grands complications ‘made in Switzerland’ ne sont pas délocalisables».

Fabienne Lupo, directrice du salon se montre elle aussi confiante, malgré les tensions géopolitiques sur la Russie, la Chine, le Japon et le Proche Orient, qui sont tous des marchés clé pour l’industrie horlogère. «Il est vrai que la chute du prix du pétrole et la forte dévaluation du rouble sont des phénomènes récents, mais je ne pense pas qu’à ce stade, ils peuvent mettre en péril la venue de professionnels de ces pays», déclare-elle.

Contenu externe


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.