Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Swissmetal toujours en restructuration

A Dornach seront concentrées toutes les activités de transformation des métaux à chaud.

(Keystone)

Le groupe métallurgique poursuit sa restructuration en Suisse, cherche à acquérir un site en Asie et va procéder à une augmentation de capital.

Ses actionnaires sont convoqués ce mercredi en assemblée annuelle. Les résultats 2006 sont excellents, mais à l'usine de Reconvilier, on a toujours des craintes pour l'emploi.

«La grève à Reconvilier et ses conséquences ont eu un impact négatif sur le chiffre d'affaires», écrit Swissmetal dans le communiqué qui accompagne la convocation adressée aux actionnaires.

Impact limité toutefois, si l'on en croit les comptes que l'assemblée sera rituellement appelée à approuver: en 2006, le groupe a enregistré une hausse de 80% de son chiffre d'affaires, à 357 millions de francs suisses. Et le bénéfice net a progressé de 39%, à 4,6 millions.

Ces chiffres doivent évidemment beaucoup à l'intégration de la société allemande Busch-Jaeger, acquise en février 2006, mais également à la bonne conjoncture et à la poursuite de la restructuration en Suisse.

A fin 2006, Swissmetal a encore acheté la société de distribution américaine Avins Industrial Product, qui va ouvrir d'autres filiales dans différents pays pour prendre en charge l'ensemble des activités de vente et de distribution de ses produits.

Et la tendance aux bons résultats semble se confirmer pour le premier trimestre 2007, même si l'augmentation constante du prix du cuivre – sa principale matière première – cause quelque inquiétude au groupe.

Encore des emplois à la trappe

Pour rationaliser sa production, Swissmetal s'apprête à mettre en service sa nouvelle presse à Dornach, dans le canton de Soleure, où seront désormais concentrées toutes les activités de transformation des métaux à chaud.

Au départ, cette rationalisation – ainsi que quelques autres – devait entraîner la suppression de 150 emplois. Mais à fin avril, le patron du groupe Martin Hellweg a annoncé que ce chiffre pourrait être revu à la hausse et a réitéré son souhait de finaliser un plan social pour les personnes touchées.

Une annonce qui n'a rien pour calmer les inquiétudes des employés de Reconvilier, dans le Jura bernois. Malgré deux grèves, l'ancienne usine Boillat, déclassée en simple site de finition, n'est toujours pas assurée de conserver intégralement le personnel qui lui reste.

Doper les performances

Swissmetal veut doper ses performances. Objectif: tripler les ventes d'ici 2010. A cette fin, la direction va «améliorer la culture d'entreprise», notamment en incitant les cadres à réinvestir une partie de leur salaire dans des actions du groupe, histoire d'«orienter leur motivation vers les objectifs à long terme de la société».

Parmi ces objectifs, Swissmetal cherche à établir une entité de production en Asie, où elle réalise un tiers de ses ventes. Le groupe aurait déjà étudié plusieurs possibilités mais n'en a encore trouvé aucune qui satisfasse ses exigences.

Comme l'a expliqué récemment le président du conseil d'administration Friedrich Sauerländer au quotidien 'Le Temps', dans ce domaine, «l'éloignement et l'importance de l'investissement imposent la prudence».

Pas à vendre pour l'instant

En attendant, Swissmetal proposera à ses actionnaires une augmentation de capital d'un montant maximal de 22,5 millions de francs, par l'émission d'un maximum de 2,5 millions d'actions au porteur.

Quant aux rumeurs de rachat qui ont circulé récemment à la bourse, Friedrich Sauerländer a rappelé que «Swissmetal étant une société cotée», on ne pouvait jamais «exclure une telle éventualité», ajoutant toutefois qu'il n'y avait «pas de plan» pour vendre le groupe.

«Si un partenaire stratégique se présente, nous nous demanderons si sa logique industrielle permet une collaboration constructive», a conclu le président de Swissmetal.

swissinfo, Marc-André Miserez

En bref

Swissmetal fabrique essentiellement des fils, des tubes, des profilés et diverses pièces de précision en cuivre et en alliages de cuivre pour l'électronique, les télécoms, l'aviation, l'automobile, l'horlogerie et le secteur médical.

Le groupe offre actuellement 843 postes de travail équivalent plein-temps sur ses sites de Dornach (canton de Soleure), Reconvilier (Jura bernois) et Lüdenscheid (Allemagne). Au moins 150 de ces emplois sont appelés à disparaître prochainement.

En novembre 2004, puis en janvier-février 2006, l'usine de Reconvilier a connu deux grèves de respectivement 10 et 37 jours, en protestation contre le licenciement de son directeur et les restructurations voulues par le groupe.

Bilan: 112 personnes licenciées, dont les 21 cadres qui avaient soutenu le mouvement. Depuis, un tiers environ ont été réengagées et la direction de Swissmetal estime que la situation s'est normalisée à Reconvilier. Ce que certains métallurgistes, craignant toujours pour leur emploi, contestent.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×