Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une initiative pour le salaire minimum

La Suisse doit introduire un salaire minimum légal. L'assemblée des délégués de l'Union syndicale suisse (USS) a adopté lundi le texte définitif de l'initiative populaire en ce sens. Le salaire minimum devra se monter à 22 francs de l'heure en 2011, ce qui correspond pour un temps complet à 3800 francs par mois.

Le salaire minimum de 22 francs de l'heure devra être adapté à l'évolution des salaires et des prix. La centrale syndicale relève que 400'000 salariés gagnent actuellement moins. L'USS n'est pas opposée à des exceptions pour les apprentis, le travail au sein d'une entreprise familiale ou le bénévolat.

Initiative populaire

L'initiative populaire permet à des citoyens de proposer une modification de la Constitution. Pour être valable, elle doit être signée par 100'000 ...

Outre l'exigence d'un salaire minimum légal, cette initiative vise surtout à protéger les salaires en encourageant les conventions collectives de travail, précise l'USS. Les bas salaires touchent surtout les branches de l'hôtellerie, du nettoyage, de l'industrie textile ou du commerce de détail.

L'initiative est soutenue par le parti socialiste et le syndicat Unia. Elle pourrait être lancée à l'automne prochain.

Par ailleurs, les délégués de l'USS ont adopté trois résolutions. La première concerne les réseaux de soins intégrés, un dossier qui sera traité aux Chambre lors de la session d'été. L'USS demande que la quote-part soit limitée à un montant maximal de 700 francs par an.

Elle veut aussi l'obligation pour les caisses de contracter avec tous les réseaux de soins intégrés reconnus. Enfin elle exige l'abolition des primes de sortie.

L'USS demande également un impôt sur les bonus. Pour chaque franc de traitement dépassant le million, 20 centimes devront être perçus au titre de l'impôt et redistribué aux bas et moyens revenus.

Enfin, l'USS se prononce à la fois contre l'initiative populaire de l'UDC (droite conservatrice) sur le renvoi des criminels étrangers et sur tous les contre-projets direct ou indirect en la matière. «Il ne doit pas exister de droit parallèle punissant systématiquement les mêmes crimes de manière différente selon la nationalité des coupables», écrit l'USS.

swissinfo.ch et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.