En attendant de pouvoir traverser le Gothard

Sur la rampe sud, les chauffeurs prennent leur mal en patience. Keystone

Pouvoir emprunter le tunnel, les chauffeurs de poids lourds doivent patienter jusqu'à cinq heures sur le versant sud du Gothard.

Ce contenu a été publié le 10 janvier 2002 - 08:30

Le chaos a régné mercredi, côté tessinois, sur l'autoroute menant au Gothard. Et des menaces de blocus s'élèvent, alors que les autorités veulent résoudre le problème à la frontière.

Les douaniers bâlois devraient bientôt pouvoir interdire aux camions qui traversent le pays de quitter la Suisse à la frontière tessinoise, selon une proposition de la Direction générale des douanes et de l'Office fédéral des routes (OFROU). Son porte-parole Michael Gehrken a confirmé, mercredi, une information dans ce sens énoncée à la Radio suisse alémanique (DRS).

Cette mesure entrerait en vigueur lorsque les aires de stationnement seraient entièrement occupées et qu'un camion n'aurait pas le temps d'atteindre Amsteg (UR) encore le même jour. Le Département fédéral des transpor(DETEC) examine actuellement la conformité de cette proposition avec le droit suisse, a déclaré M. Gehrken.

Amendes prévues

Si c'est bien le cas, une telle directive pourrait entrer en vigueur dans la première moitié de février. Ces mesures sont compatibles avec les traités bilatéraux, vu qu'elles concernent aussi les camionneurs suisses. Selon M. Gehrken, elle ne discrimine personne et ne constitue pas un contingentement.

Au cas où un chauffeur de poids lourds n'observerait pas la directive et qu'il roulerait malgré tout jusqu'au Tessin, il est prévu de le dénoncer. Le législateur fixera le montant des amendes.

Selon Hugo Geiger, vice-directeur de la Direction générale des douanes, cette mesure pourrait bloquer le passage de la frontière. Pour éviter les bouchons à la douane, les chauffeurs de poids lourds devraient être informés bien avant d'arriver à la frontière qu'ils n'ont pas avantage à traverser la Suisse.

Catastrophique au sud

Au nord du Gothard, la situation était mercredi sous contrôle. Le nombre de camions passant le tunnel par phase alternée a pu être augmenté de 140 à 170. Les routiers suisses déplorent l'interdiction de dépasser en vigueur sur la rampe nord. Selon eux, cette mesure désavantage les camions modernes qui sont obligés de suivre le rythme des engins les plus lents.

En revanche, le chaos a régné sur la rampe sud, côté Tessin. Les aires d'attente viennent à manquer et le poste de régulation de Quinto (TI) a été complètement débordé après quelques heures. La police a dévié une partie des camions vers le San Bernardino.

Augmentation de 50%

Par conséquent, de longues files d'attente se sont formées à la rampe sud du San Bernadino. A midi, les camions faisaient la queue au poste de régulation de Soazza (GR) sur une longueur de 5 km. La police a enregistré une augmentation du trafic lourd de 50 %. Les bouchons se sont résorbés dans l'après-midi.

Selon le porte-parole de l'OFROU, la Confédération négocie avec les autorités tessinoises la possibilité d'installer une nouvelle aire d'attente sur l'autoroute à trois voies, près de Bellinzone. Le conseiller d'Etat Marco Borradori a dit ne rien savoir de cette proposition. Il laisse seulement entendre qu'on ne peut imposer une telle mesure à la population.

Menaces de blocus

Ses collègues de la Lega sont, quant à eux, passés aux menaces et se préparent à immobiliser le trafic. Selon son président Giuliano Bignasca, la Lega va «très probablement» bloquer l'autoroute la semaine prochaine «en deux ou trois points stratégiques avec des camions et des voitures».

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article