«Je retournais au bureau après avoir mis mon fils au lit»

Miho Habel a été responsable pendant 23 ans de la succursale suisse de la compagnie aérienne japonaise ANA. Ce qui ne l'a pas empêchée d'avoir aussi une vie de famille. Miho Habel

Miho Habel (57 ans), qui a lancé la succursale genevoise d'All Nippon Airways (ANA) en 1997, a développé le marché suisse de la compagnie en tant que responsable du bureau pendant 23 ans. Elle n'aurait pas pu mener sa carrière à bien sans le soutien de sa famille.

Ce contenu a été publié le 10 août 2020 - 09:37

Dans cette société japonaise basée à Genève, Miho Habel devait bien sûr travailler à la japonaise. Les heures supplémentaires sont monnaie courante. Après avoir mis son fils au lit à 20 heures, elle retournait souvent au bureau et y travaillait jusqu'à minuit. Elle devait également participer à de nombreux voyages d'affaires et à des événements de réseautage professionnel.

Son mari suisse, journaliste expérimenté, ne s'est jamais plaint du temps qu’elle consacrait à son travail. Ses beaux-parents étaient heureux de s'occuper de son fils. «Je ne les remercierai jamais assez pour leur soutien. Cependant, je pense que chaque femme lutte pour trouver un équilibre entre la maison et le travail», observe Miho Habel.

La succursale de Genève a multiplié ses ventes par 16 depuis le début. «Surmonter les difficultés vous apporte de la joie et de la force. Mon travail a enrichi ma vie.»

Bien que la présence des femmes sur le marché du travail suisse ait augmenté au cours des 20 dernières années, la famille est importante pour de nombreuses femmes, commente Miho Habel. «Je pense que ce n'est probablement pas seulement le temps partiel, mais aussi le niveau d'éducation qui influence la promotion des femmes», ajoute-t-elle, en citant un rapport de la Commission fédérale des migrations qui indique qu'en moyenne, les femmes étrangères sont plus qualifiées que les Suisses.

Partager cet article