Henri Dès, nouveau disque et nouveau spectacle

Henri Dès est de retour avec 12 nouvelles chansons, réunies sur un album intitulé «Comme des géants».

Ce contenu a été publié le 27 septembre 2002 - 13:47

Avant la France, il arpente les scènes de Suisse romande. Rencontre chez lui, et discussion autour de la chanson, de l'enfance et de l'éducation.

La tournée a commencé il y a quelques jours. Elle se poursuivra en octobre et novembre dans toute la Suisse romande, puis en France dès le mois de décembre et jusqu'en avril. Avec une escale de taille à l'Olympia, du 18 décembre au 5 janvier.

Avec lui, cinq musiciens, l'incontournable Merlu (les initiés comprendront!), des tubes, des nouvelles chansons... et quelques très anciennes. Car désormais, certains parents qui emmènent leurs enfants écouter Henri Dès en concert sont d'anciens fans eux-mêmes. Il y a donc une réelle demande pour les titres datant de la fin des années 70.

Sept mois de concerts en perspective pour le chanteur vaudois, un nouvel album en poche... et, révolution, sa moustache en moins! C'est donc un Henri Dès imberbe et jovial qui nous reçoit dans sa nouvelle maison de la riviera lémanique.

Justesse de ton

«Comme des géants» est son 14e album, si on ne compte pas les «live» (4), les chansons traditionnelles (2), les comédies musicales (2), les contes (3) et autres vidéos ou cédéroms qu'il a accumulés depuis 1977, année de son «passage» à la chanson pour enfants.

N'a-t-il jamais l'impression d'avoir fait le tour de cet univers? «Ben non. Disons que le puits dans lequel je creuse pour trouver des idées devient un peu plus profond chaque fois. Mais sur ce disque-là, il n'y a quasiment que des thèmes que je n'ai jamais traités», répond-il.

D'un côté, les chansons pour rire: le rêve du grand départ («La grande aventure») ou la météo pourrie, avec ses grenouilles qui font du sous-marin («Ça pleut»).

De l'autre, les chansons-câlin. L'attachement au fameux «Doudou». L'inquiétude des plus petits que les petits («Comme des géants»). Ou, particulièrement touchant, le sentiment d'abandon d'un enfant égaré («Où es-tu Papa?»).

Et entre les deux, quelques chansons-colère. Ras-le-bol des inévitables devoirs («Ma bête noire»). Agacement d'un enfant face aux lourdauds des préaux («Gros bêta») - «Une chanson primale... C'est vrai, il y a toujours un gros bêta qui vous embête. Un môme, il a donc en lui cette sorte de hargne», commente Henri Dès.

Humour, câlins, colère. Le talent d'Henri Dès est dans la justesse du ton, comme des sentiments.

Pourquoi les oignons ça fait pleurer?

C'est l'une des questions que pose la chanson «J'sais pas». Comme «Pourquoi le ciel bleu il est si bleu?» ou «Pourquoi les méchants y sont méchants?»

Mais voilà. Les adultes sont trop occupés pour prendre le temps de répondre... L'absence de disponibilité des adultes, une des causes des difficultés que les enfants connaissent aujourd'hui?

«On ne peut pas leur lancer la pierre. Je crois surtout qu'il y a eu une grande erreur. La phrase la plus idiote qui a été prononcée au 20e siècle, c'est 'il est interdit d'interdire'. A l'époque, j'étais en plein dedans, c'était sympa: une phrase bien tournée, mais qui a fait beaucoup de tort», lance Henri Dès.

Avant de préciser: «Les enfants ont besoin de jalons, d'une ligne jaune à ne pas franchir. A un moment, il y a eu une espèce de laxisme total et les gens sont en train de le payer.»

Changement ou permanence?

Comment le chanteur réagit-il à propos de la nouvelle politique répressive que connaît, en la matière, la France? «C'est épouvantable de penser qu'un gamin de 13 ans doit aller en prison».

Mais Henri Dès refuse l'angélisme: «Expliquer ses motivations, c'est une chose. Mais la deuxième consiste à réaliser que ce sont des enfants qui pourrissent la vie à un tas de gens. Des délinquants qui, à 13 ans, sont capables de voler, de tabasser, de faire des 'tournantes'. C'est donc très grave.»

L'évolution des enfants, dont se plaignent tant les enseignants, le chanteur la perçoit-il? «Superficiellement, oui, parce qu'ils ont une profusion d'informations, ce qui les fait changer en surface: ils connaissent beaucoup plus de choses.»

«Mais profondément, non. Depuis des siècles, les enfants ont les mêmes besoins. C'est ce que j'évoque dans 'Mon doudou'. Tous les enfants ont besoin de ça, et certains de 12-13 ans ne veulent pas le dire, mais cachent encore le leur...».

Besoin d'un doudou. Et néanmoins de parents. De parents susceptibles d'abandonner un instant leurs conversations. Ou leur télévision.

swissinfo/Bernard Léchot

Pour les dates de la tournée Henri Dès, se référer au site henrides.com

Faits marquants

Henri Dès publie un nouvel album intitulé «Comme des géants» (Productions Mary Josée)
Il accompagne cette sortie d'une longue tournée (octobre/novembre en Suisse, décembre à avril en France).
Il sera notamment à l'Olympia, Paris, du 18 décembre 2002 au 5 janvier 2003.
Le chanteur vaudois se consacre à la chanson «pour enfants» depuis 1977.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article