La colère de Micheline Calmy-Rey

«On est vraiment dans une campagne d’enfumage», dénonce l’ancienne ministre socialiste des Affaires étrangères. Micheline Calmy-Rey admet mal de retrouver une de ses citations sur le flyer de l’UDC à l’appui de son initiative pour la primauté du droit suisse sur le droit international, soumise au vote le 25 novembre.

Ce contenu a été publié le 22 octobre 2018 - 09:12
swissinfo.ch avec la RTS (Téléjournal du 21 octobre 2018)

Oui, l’ancienne conseillère fédérale a bien dit, dans le SonntagsBlick du 12 août dernier, que pour les travailleurs, «le droit suisse protège mieux que le droit européen». Mais elle s’exprimait en soutien aux syndicats qui combattent l’assouplissement des mesures d’accompagnement exigé par l’UE et non sur l’initiative de la droite conservatrice – à laquelle elle reste fermement opposée.


Au-delà de cette polémique, le ton de la campagne de l’UDC en surprend plus d’un. Le parti habitué aux caricatures et aux affiches provocantes adopte cette fois un ton apparemment bien plus posé. C’est un peu «le loup habillé en mouton», stratégie classique à laquelle la gauche a aussi parfois recouru, comme l’explique le politologue Louis Perron.


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article