L’écurie Sauber repart en bleu et blanc

Peter Sauber a présenté son nouveau bolide en compagnie de ses deux pilotes: Pedro de la Rosa (gauche) et Kamui Kobayashi (droite). Keystone

Peter Sauber a présenté ses nouveaux bolides de Formule 1 dimanche à Valence. Pour Hans-Markus Tschirren, ancien commentateur de sport automobile à la télévision alémanique SF, le retour du Zurichois dans les Grands Prix s’explique par son sens des responsabilités.

Ce contenu a été publié le 31 janvier 2010 - 17:21

Peter Sauber revient de loin. Lui qui aurait dû abandonner son écurie lorsque BMW avait annoncé son retrait de la Formule 1 en juillet 2009. Le Zurichois, qui possédait 20% de l’équipe, avait en effet ensuite vu le prix de rachat proposé par la marque allemande prendre l’ascenseur. On a évoqué le prix de 100 millions de francs.

Peter Sauber semblait vraiment hors course. Mais devant l’opacité grandissante de l’acheteur potentiel, un fonds d’investissement d’Europe centrale, BMW revenait vers le Zurichois. Fin novembre, un accord était conclu.

Le site de Hinwil (Zurich) et ses 250 employés étaient sauvés. Peter Sauber redevenait propriétaire de l’œuvre de sa vie et chef de l’équipe. A 67 ans, le Suisse de l’année 2005 ne quitte donc pas sa passion, la Formule 1. Il peut même espérer une place en milieu de classement.

C’est en tout cas ce qu’estime Hans-Markus Tschirren, commentateur de Grands Prix de 1981 à 2008 pour la télévision, qui connaît bien Peter Sauber. L’instituteur de Hinterkappelen (Berne) se livre dans une interview à swissinfo.ch.

swissinfo.ch: Peter Sauber apparaît toujours très calme, malgré les difficultés. Est-ce vraiment le cas?

Hans-Markus Tschirren: Il vit aussi des émotions très fortes, notamment lorsqu’il s’agit de personnes. Mais lorsqu’il s’agit d’affaires, il reste extrêmement maître de lui-même et loyal vis-à-vis de ses partenaires.

Ceux-ci restent en général très fidèles. Petronas a été son sponsor pendant 15 ans, une éternité, dans ce domaine. Peter Sauber ne critique en outre jamais ses pilotes en public, même quand il aurait des raisons de le faire.

swissinfo.ch: Pourquoi a-t-il décidé de redevenir propriétaire et chef de l’écurie?

H.M.T.: Il s’était effectivement réjoui de sa retraite! Et il aimait aussi regarder les courses en spectateur ou les commenter à la télévision. Je suppose que la clef de ce retour s’appelle «sens des responsabilités». L’équipe a grandi. De nombreuses personnes dépendent du travail dans l’écurie, les collaborateurs directs mais aussi les fournisseurs, les blanchisseurs, etc.

swissinfo.ch: Quelles chances a-t-il durant cette saison?

H.M.T.: Elles ne sont pas mauvaises. Il peut espérer une place en milieu de classement. Les piliers de l’équipe sont restés, le constructeur Willy Rampf et le manager Beat Zehnder.

De plus, les processus de décision sont désormais plus courts. Tout se passe à Hinwil. Il règne une mentalité de «c’est maintenant que les choses sérieuses se passent». C’est un avantage.

Les voitures ont en outre une très bonne aérodynamique. Le règlement, qui limite fortement le développement des moteurs, pourrait aussi être favorable à Sauber. Autre élément positif: Sauber a un nouveau fournisseur de pneus.

swissinfo.ch: Le pilote Kamui Kobayashi n’a pas froid aux yeux, si l’on songe à ses prestations récentes et ses manœuvres de dépassement aventureuses. Avec l’Espagnol Pedro de la Rosa, peut-il former un duo gagnant pour Sauber?

H.M.T.: Je trouve que c’est un excellent duo. Je me réjouis de voir Kobayashi courir contre Schuhmacher. Il ne se laisse pas impressionner et montre une excellente technique de conduite. Mais c’est le genre de pilote qui provoque de la casse. Pedro de la Rosa est le pôle calme.

swissinfo.ch: Les arrêts ravitaillement seront supprimés en 2010. Les courses seront-elles plus intéressantes?

H.M.T.: Plus sûres, peut-être. Il y avait eu quelques pannes lors de la fermeture automatique du clapet des réservoirs. Heureusement, nous avons échappé à la catastrophe.

Mais le risque se déplace sur le changement de pneus. Si l’arrêt ne sert plus qu’à cela, le changement devra être extrêmement court, 3 à 4 secondes. La pression sur les mécaniciens sera énorme.

L’interdiction de ravitaillement risque aussi de faire qu’en fin de course, les pilotes qui doivent économiser de l’essence préféreront finir et glaner quelques points plutôt qu’attaquer et rester en plan…

swissinfo.ch: Les points seront aussi désormais distribués aux dix premiers, et non plus seulement aux huit premiers. Cela suscitera-t-il plus de suspense?

H.M.T.: De 1952 à 2002, les points allaient aux six premiers, puis aux huit premiers – ce qui était un changement assez simple – et maintenant ils seront dix. Il faudra être un génie pour calculer les résultats car, de plus, 7 et 4 points ne seront pas attribués. Si ce système est entériné, il sera relativement opaque.

En football, les 17 règles de jeu sont constantes depuis 1938. En Formule 1, il y a chaque année des changements… On aurait pu aussi ressortir un règlement des années 50, qui voyait la remise d’un point supplémentaire au pilote qui effectuait le tour le plus rapide. On pourrait aussi remettre un point à celui qui est en pole position.

swissinfo: Quels autres changements seraient possibles?

H.M.T.: La F1 vit des manœuvres de dépassement. On pourrait raccourcir les courses d’une heure et demie, voire plus. Mais ce sport vit aussi grâce aux pilotes qui sont des figures d’identification et des personnalités. Les fans les aiment ou les détestent. Ils sont les ingrédients principaux d’une saison réussie.

Renat Künzi, swissinfo.ch
(Traduction et adaptation de l’allemand: Ariane Gigon)








LA NOUVELLE ECURIE

Nom: BMW-Sauber-F1-Ferrari...!!!

Pilotes: Kamui Kobayashi (23 ans), Japon, 2 GP; Pedro de la Rosa (39 ans), Espagne, 71 GP.

End of insertion

COÛTS

Les coûts seront réduits jusqu’au niveau des années 90.

Jusqu’à fin 2012, les équipes devront réduire leurs effectifs jusqu’à 250 personnes (sans le marketing et l’administration).

A partir de cette année, les équipes présentes dans les aires de stationnement ne peuvent pas excéder 45 personnes.

End of insertion

MODIFICATIONS DE REGLEMENT

Interdiction de ravitaillement: le réservoir est de 200 litres environ (avant: 130).

Les voitures mesurent 20 cm de plus.

Nouvelle répartition des points: 25, 20, 15, 10, 8, 6, 5, 3, 2, 1.

Les pneus sont standardisés. Ceux de devant sont plus étroits de 30 mm.

Le poids de la voiture est désormais de 620 kilos (contre 605 auparavant).

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article