Leeds promet l'enfer à Grasshopper

Stéphane Chapuisat (à g.) et Richard Nunez seront deux précieux atouts. Keystone Archive

Au stade du Hardturm, les Zurichois de Grasshopper accueillent, jeudi, à 20h15, les Anglais de Leeds United, pour le compte du 3e tour de la Coupe UEFA.

Ce contenu a été publié le 22 novembre 2001 - 15:26

A défaut d'évoluer en Ligue des Champions, Grasshopper pourrait faire une sacrée percée en Coupe de l'UEFA s'il parvient à éliminer, dans ce troisième tour, la très grosse cylindrée anglaise, Leeds United.

En effet, Leeds n'est ni plus ni moins que l'actuel coleader du championnat d'Angleterre, avec 12 matches et 23 points, à égalité avec le grand Liverpool du Suisse Stéphane Henchoz.

Une agressivité presque insoutenable

«Lorsque je me suis rendu à Sunderland, la semaine passée, tout le monde m'a dit qu'il voyait en Leeds United le nouveau champion d'Angleterre», note Hans-Peter Zaugg, entraîneur de Grasshopper. Pourtant, jusqu'alors, Leeds n'était pas considéré comme un tout grand d'Angleterre, en comparaison de Manchester United, Liverpool ou encore Arsenal.

«C'est presque incroyable, relève Hans-Peter Zaugg, il est plus facile de faire le jeu contre les trois équipes précitées que contre Leeds, tellement cette dernière est solide, compacte et difficile à manœuvrer.»

Selon Hans-Peter Zaugg, Leeds joue, en effet, avec une agressivité presque insoutenable. Ses joueurs attaquent de suite le porteur du ballon. D'où l'impératif pour Grasshopper de jouer extrêmement vite. Sans pour autant tomber dans la précipitation.

Mais, «le plus important sera de ne jamais perdre le ballon dans notre camp», souligne M. Zaugg. Sous peine d'être crucifié dans les secondes qui suivent par l'un des deux attaquants de Leeds, Kean ou Smith.

Ce week-end, Grasshopper est allé battre Lausanne-Sports 4 à 2 et figure au cinquième rang du championnat de Suisse, avec 19 matches et 30 points. A trois jours de la fin du tour préliminaire, le club zurichois n'est pas encore assuré de sa participation au tour final pour le titre.

Pas dans le jeu aérien

«Après un passage à vide dans le championnat, concède Hans-Peter Zaugg, nous avons redressé la tête, en réussissant de bons résultats, avec trois victoires et un match nul lors de nos quatre dernières rencontres.»

En principe, Grasshopper pourra aligner la meilleure formation possible contre Leeds. A l'exception des deux blessés Denicola et Berner. Sinon, Zaugg compte bien sûr sur un coup de patte magique de Nunez qui, à lui seul, peut faire basculer une rencontre. Bien entouré qu'il sera par Petric et Chapuisat, aux feintes de corps toujours très précieuses.

En tout cas, il ne faut pas compter pouvoir inquiéter Leeds dans le jeu aérien. Loin à la ronde, on connaît la puissance des Anglais dans ce domaine.

En fait, pour viser la qualification, les sociétaires de GC devront jouer à 120% de leurs moyens. Mais, même si la motivation est grande dans le camp zurichois, ce match n'est pas pour autant celui de l'année. Car, pour Hans-Peter Zaugg, c'était GC-Porto en Ligue des Champions.

Cela dit, «si l'on parvient à éliminer Leeds United, s'enflamme le coach zurichois, il est certain que l'on parlera de Grasshopper dans toute l'Europe du football.»

Emmanuel Manzi

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article