Les loisirs prennent la priorité sur le travail

Famille, amis, loisirs et... grillade! Keystone

Pour la première fois en quinze ans, les Suisses accordent davantage d'attention aux loisirs qu'au travail, selon un sondage Univox publié jeudi.

Ce contenu a été publié le 22 février 2007 - 21:42

C'est toujours la famille et les amis qui comptent le plus pour les Suisses, suivis par la santé. Par contre, seuls 10% des sondés trouvent la politique 'très importante'.

Pour 88% des sondés, la famille et les amis sont «très importants», ainsi que la santé, mentionnée comme telle par 81% des personnes interrogées. Des données qui ne changent guère au fil des années.

Le haut du tableau est donc resté identique à ce qu'il était lors du dernier sondage en 2002. Seule nuance: les hommes sont désormais autant sensibilisés aux questions de santé que les femmes, indiquent jeudi l'institut gfs-zürich et l'Institut de recherche pour les loisirs et le tourisme (FIF) de l'Université de Berne.

Autre changement important: la valeur du travail a diminué. Les loisirs lui ont en effet ravi la troisième place, vraisemblablement en raison de la détente actuelle sur le marché de l'emploi, selon les sondeurs.

«Les gens peuvent trouver un travail plus aisément qu'il y a quatre ans, et ont de plus en plus la possibilité de définir eux-mêmes leur temps de travail», constate Hansruedi Müller, patron du FIF, qui a commandité cette étude.

Comme celui des loisirs, le poids du sport s'est également accru, puisque 33% des sondés (27% en 2002) le trouvent très important. «On constate que la santé est devenu un thème essentiel dans notre société. Or chacun sait que le sport et la santé sont liés», explique Hansruedi Müller à swissinfo.

La politique en dernier

Les autres domaines soumis à l'appréciation des 705 personnes interrogées - formation, culture, religion et politique - sont tous à la baisse.

Même en période pré-électorale, les Suisses sont manifestement peu préoccupés par la politique: 10% seulement la trouvent très intéressante. Il y a quatre ans, cette proportion était de 20% et supplantait la religion.

L'enquête permet aussi de savoir si les Suisses sont satisfaits de leur taux d'occupation professionnelle. Il en ressort que 57% d'entre eux ne désirent travailler ni plus, ni moins.

Plus de temps pour voyager

S'ils devaient diminuer leur budget de 1000 francs par année, les Suisses le feraient majoritairement en supprimant des dépenses d'aménagement intérieur. En revanche, ils ne veulent pas toucher au sport, aux vacances, à leur véhicule ou à la formation continue.

Enfin, quand on demande aux Suisses dans quel domaine ils souhaiteraient avoir plus de temps, la possibilité de voyager et de faire des excursions arrive en tête. Rendre visite à des amis, pratiquer un sport, se prélasser, régler des affaires urgentes et être en famille viennent ensuite.

Pouvoir faire plus de shopping et s'occuper davantage de sa santé sont placés au milieu du classement des souhaits.

Par contre les Suisses sont moins enclins à vouloir consacrer davantage de temps à un engagement au niveau politique ou religieux. Comme dans le classement des domaines les plus importants, ces activités arrivent en fin de liste.

swissinfo et les agences

En bref

Ce sondage a été mené par l'institut gfs-zurich et cinq partenaires en septembre 2006.

705 personnes ont été interrogées en 70 lieux (75% en Suisse alémanique, 25% en Suisse romande).

Les études Univox portent l'évolution de la société suisse. De 1986 à 1999, les études Univox étaient effectuées chaque année. Depuis l'an 2000, l'institut en produit une tous les deux ans.

End of insertion

Les aspects de la vie «très importants»

Famille et amis: 88% (comme en 2002)
Santé: 81% (+4%)
Loisirs: 60% (+4%)
Travail/carrière: 53% (-12%)
Education: 38% (-17%)
Sport: 33% (+22%)
Culture: 22% (-33%)
Religion/Eglise: 12% (-25%)
Politique: 10% (-50%)

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article