Max Havelaar a gagné le cœur des Suisses

La banane est le produit le plus vendu en Suisse par Max Havelaar. Didier Deriaz @ Max Havelaar

Le commerce équitable marche particulièrement bien en Suisse. Pour preuve, la fabuleuse histoire de Max Havelaar.

Ce contenu a été publié le 03 septembre 2002 - 18:38

Dix ans après sa création, la branche suisse de la fondation est devenue leader dans la vente des produits portant ce label éthique.

Né aux Pays-Bas en 1989, le label offre aux consommateurs la garantie que la marchandise a été produite dans des conditions de travail correctes et, si possible, en respectant l'environnement.

En Suisse, le label est présent depuis dix ans. Six œuvres d'entraide ont créé la Fondation Max Havelaar (MH) en 1992. Depuis, c'est le succès.

Les clés du succès

En 2001, les consommateurs suisses ont dépensé 6,75 euros par personne pour des produits portant le label MH. Plus du double des Pays-Bas, son pays d'origine.

Cette année-là, la branche suisse de la fondation a enregistré une croissance de 35%. Surtout, elle a atteint son objectif d'autofinancement. Rare et exemplaire...

«On peut parler d'un cas d'école», se réjouit Paola Ghillani, directrice de Max Havelaar. «Il faut dire que la Suisse a une longue tradition de solidarité», commente la directrice.

Mais la charité n'explique pas à elle seule le succès du commerce équitable.

Un pacte avec les grandes surfaces

«Si Max Havelaar cartonne ici, c'est aussi parce que les grandes surfaces, comme Migros ou Coop, distribuent nos produits», reconnaît Paola Ghillani.

Tout le secret de la réussite est là. Faire de l'humanitaire, sans oublier le business...

Contrairement à la Suisse, le marché stagne aux Pays-Bas et en Allemagne.

«Sans doute parce qu'ils ont géré Max Havelaar comme une œuvre d'entraide et pas comme une entreprise», avance la directrice de la fondation.

Ces deux pays ont en effet peu étendu le commerce aux grandes surfaces. Ils se sont limités à des distributeurs marginaux, spécialisés dans le commerce équitable.

Le prix

Enfin, dernière clé du succès, selon Simonetta Sommaruga, présidente de la Fondation pour la protection des consommateurs: les produits MH ne sont pas beaucoup plus chers que les autres.

Pour les bananes, par exemple, le prix est pratiquement identique, à 10 centimes près.

swissinfo

Faits

Max Havelaar est le héros d'un roman, paru en 1865, qui dénonçait l'oppression des petits paysans dans l'ex-colonie indonésienne.
Le label Max Havelaar a été créé aux Pays-Bas en 1989.
En février 1992, six œuvres d'entraide ont créé la Fondation Max Havelaar en Suisse: Pain pour le Prochain, Caritas, Action de Carême, EPER, Helvetas et Swissaid.
Max Havelaar, c'est du café, du jus d'oranges, des fleurs, etc.
La fondation prévoit de se lancer dans le non-alimentaire: textiles, bois et ballons de football etc.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article