Navigation

Veronica Almedom s'engage pour les droits des Erythréens

En Suisse, tout le monde est concerné par l’immigration, mais certains plus directement que d’autres. Arrivée d’Erythrée avec sa famille alors qu’elle était encore bébé, Veronica Almedom, est désormais une activiste pour les droits humains des Erythréens. 

Ce contenu a été publié le 09 septembre 2019 - 08:21
SRF-SWI

«Il reste encore un énorme travail de communication et d’information à faire», dit la jeune femme. Veronica Almedom a grandi à Martigny, en Valais, et elle étudie aujourd’hui à l’Université de Genève. Depuis 2016, elle est membre de la Commission fédérale des migrationsLien externe.

 

Avant les élections fédéralesLien externe, les rédactions web de la SSR (maison-mère de swissinfo.ch) sont parties à la rencontre de personnes mobilisées dans des projets citoyens. C'est l'opération #GénérationGlobale.

End of insertion

Depuis 2017, la Suisse n'a cessé de resserrer les critères d'admission pour les requérants d'asile érythréens, qui représentent la plus importante communauté des étrangers qui demandent asile dans le pays. Après avoir rendu visite à certains d’entre eux qui dormaient dans la rue, Veronica Almedom est en colère, et critique également le gouvernement érythréen.

«Le monde entier les a abandonnés, dit-elle. Ces jeunes gens ont une résilience que je n'aurai jamais. Depuis ma naissance, j'ai tout eu. Je n'ai pas eu à me battre pour mes libertés».


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.