Nicole Brändli en argent à Lisbonne

Malgré sa détermination, Nicole Brändli a manqué l'or de 40 centièmes. www.fpc2001.com

Championne d'Europe et de Suisse du contre-la-montre, au bénéfice de dix victoires cette saison, la Zurichoise s'inscrivait parmi les favorites. Elle a répondu présente sur ce difficile parcours de Lisbonne où la Française Jeannie Longo a conquis le titre.

Ce contenu a été publié le 10 octobre 2001 - 20:44

A Lisbonne, au terme de la course contre la montre des dames, la Française Jeannie Longo a endossé son treizième maillot arc-en-ciel, toutes disciplines confondues (route, piste, contre-la-montre).

Au terme des 19 kilomètres 200, la Grenobloise a devancé de... 40 centièmes de seconde la Zurichoise Nicole Brändli! Sur la troisième marche du podium, l'Espagnole Teodora Ruan Sanchon, une spécialiste de la piste, s'y est hissée, à sa grande surprise.

Jeannie Longo et Nicole Brändli ont fait le vide sur ce parcours exigeant. Un tracé sur lequel les qualités des filles plus à l'aise lorsque la route s'élève qu'en plaine s'expriment. Preuve en est l'Espagnole a concédé 44''.

Heureuse, malgré tout

La Zurichoise, qui a fêté ses 22 ans le 18 juin, est née l'année où Jeannie Longo fêtait son premier titre de championne de France de la route. Championne d'Europe et de Suisse du contre-la-montre, au bénéfice de dix victoires cette saison, cette employée de commerce a longtemps flirté avec la médaille d'or.

Au premier pointage (4,5 km) elle précédait la Française de 9''. Huit kilomètres cinq cents plus loin elle possédait encore un crédit de quatre secondes.

«C'était une sorte de rêve que de décrocher une médaille, ici à Lisbonne», lâche, les larmes aux yeux, cette célibataire licenciée au VC Horgen. «C'est triste d'avoir perdu pour une si petite différence. Oui! Ca fait mal d'avoir perdu l'or. Mais demain je serai tout heureuse d'avoir remporté une médaille d'argent».

Puis cette athlète de petit gabarit (1,60 m pour 50 kilos) de parler de sa course : «J'ai donné le maximum. J'ai toujours été dans le rythme. Je me sentais surtout très bien dans les côtes sur ce parcours sans le moindre secteur de récupération».

Et d'expliquer encore : «C'est impossible de dire: c'est là plutôt dans ce secteur ou dans ce virage, dans celui-ci ou un autre que j'ai perdu du temps. Je peux l'avoir perdu à dix endroits différents...».

Puis après réflexion: «C'est peut être dans les quatre derniers kilomètres, face au vent que Jeannie a refait son retard. Elle est plus puissante et tire des développements plus grands».

Nouvelle médaille samedi?

Pour cette adepte d'inline et de snowboard, la prochaine échéance est fixée à samedi. «Ce parcours me plaît pour y disputer la course sur route. Je devrais avoir récupéré des efforts d'aujourd'hui. Certes, la course sur route répond à d'autres paramètres, telle la tactique...».

Nicole Brändli fêtera-t-elle un nouveau podium samedi? Elle en a le potentiel afin d'inscrire son nom au palmarès, cinq ans après Barbara Heb, sacrée en 1996 à Lugano. Douze mois plus tard Nicole Brändli s'octroyait une première médaille - d'argent déjà - aux Mondiaux juniors de San Sebastian.

Et puis, à l'heure où la Suisse fête une première médaille, il convient de ne pas passer sous silence la 10e place (38 classées) de Priska Doppmann. Une Zougoise de 30 ans. La sociétaire du VC Baar-Zoug concède 1'40'' à la championne du monde Jeannie Longo, qui a déclaré: «C'est peut-être le plus beau titre. Car il couronne une carrière». Elle a laissé entendre qu'elle ne serait pas sur la ligne de départ...

Pierre-Henri Bonvin, Lisbonne

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article