Pas d'oxygène pour le Gothard

swissinfo.ch

La réouverture progressive du tunnel du Mont-Blanc aux poids lourds ne soulagera pas le Gothard. Depuis mars 1999, le trafic s'est déplacé vers le Fréjus.

Ce contenu a été publié le 13 mai 2002 - 19:04

«Malheureusement, dit Carlo Mariotta membre de la Task Force Gothard, la réouverture du Mont-Blanc au trafic lourd n'allégera pas le transit sur l'autoroute A2.»

Un avis partagé par Riccardo De Gottardi. «La réouverture par étapes du tunnel franco-italien aux camions n'aura absolument aucune influence sur le Gothard», confirme l'ingénieur responsable de la section des transports du département tessinois du territoire.

Motif? «Le commerce franco-italien ne passe pas par l'axe du Gothard, explique Riccardo De Gottardi. Il emprunte une autre voie.»

«En fait, précisent les deux Tessinois, depuis le terrible accident qui a fait 39 morts dans le tunnel du Mont-Blanc, les camions ont opté pour le Fréjus.»

Le Gothard dans le trio de tête

Bref, le salut des Tessinois et des Uranais ne se trouve pas du côté du Mont-Blanc. Pourtant, ils auraient bien besoin d'un ballon d'oxygène.

Pour preuve, un million et demi de poids lourds ont franchi les Alpes suisses en l'an 2000. Dont 736'000, en transit.

A lui seul, le tunnel du Gothard enregistrait le passage de 1187 camions par jour. Contre 538, en 1989.

A titre de comparaison, à sa fermeture il y a trois ans, le Mont-Blanc laissait passer quotidiennement un millier de poids lourds. Contre 680, dix ans auparavant.

A noter que, en Europe, seuls le Fréjus (France-Italie) et le Brenner (Autriche-Italie) canalisent un transit supérieur à celui du Gothard.

La Suisse préfère le rail à la route

En l'an 2000, le trafic à travers les Alpes a atteint le chiffre global de 100 millions de tonnes de marchandises. Qui ont été transportées par route et par le rail.

En 1980, ce volume dépassait tout juste les 50 millions de tonnes. Il a donc doublé en l'espace de 20 ans.

A souligner enfin que, en l'an 2000, 78% des marchandises en transit par la Suisse ont été transportées par le rail. Cette proportion chute à 27% pour la France et à 25% pour l'Autriche.

swissinfo/Gemma d'Urso, Lugano

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article