Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Participation citoyenne Le canton du Jura fait un pas en direction du vote électronique

(1)

Le Parlement cantonal jurassien a accepté mercredi le vote électronique en première lecture, à une très courte majorité. Le projet prévoit de l’appliquer d’abord aux Suisses de l’étranger, avant de le généraliser.

La modification de la loi sur les droits politiques du canton du Jura a été adoptée par 30 voix pour, 28 contre et une abstention. Elle privilégie une entrée par étapes dans le vote électronique, répondant au souhait du Conseil fédéral et du Gouvernement jurassien. Nourris, les débats ont confirmé des divisions apparues déjà dans la commission de la justice.

La proposition était combattue par l'Union démocratique du centre (UDC / droite conservatrice), les Verts et le Combat socialiste-POP. Ces trois groupes se sont opposés à tout recours au vote électronique, estimant que le système n’est pas encore fiable et qu’il n’y a pas d’urgence à l’introduire.

«A nous de rassurer les citoyens»

«Nous savons que techniquement les mécanismes mis en place sont fiables. Les expériences démontrent que cela marche bien», a affirmé à la Radio Télévision Suisse (RTS) David Eray, président du gouvernement jurassien. «Maintenant, dans la mise en œuvre, à nous de rassurer les parlementaires, les électeurs, en démontrant que ce système que nous souhaitons mettre en place répondra finalement à un besoin de modernité au niveau du fonctionnement de l’Etat jurassien», ajoute-t-il. Le débat va désormais se poursuivre en deuxième lecture. 

(1)

A ce jour, neuf cantons proposent le vote électronique aux Suisses de l'étranger. Cinq d’entre eux (Fribourg, Bâle-Ville, Saint-Gall, Neuchâtel et Genève) le mettent aussi bien à disposition des électeurs domiciliés dans leur canton qu’aux électeurs suisses de l’étranger, alors que les quatre autres (Berne, Lucerne, Argovie et Thurgovie) ne donnent cette possibilité qu’aux expatriés.

Deux systèmes concurrents

Les cantons ont le choix entre deux systèmes concurrents: CH Vote, le système de vote électronique développé et géré par le canton de Genève, et celui de La Poste.

Le système de vote électronique de La Poste est actuellement utilisé dans les cantons de Neuchâtel et Fribourg. Il a aussi remporté l'an dernier l'appel d'offre de Bâle-Ville (qui utilisait jusqu'à présent le système genevois) et celui du canton de Thurgovie cet été.

La Poste collabore sur ce projet avec l’entreprise espagnole Scytl, un des leaders mondiaux du e-voting. Dans les cantons qui l'ont adopté, des voix se sont élevées pour dénoncer le fait que le processus démocratique ne soit ainsi pas entièrement en mains suisses.

Faille de sécurité dans le système genevois

CH Vote, entièrement public, est utilisé dans les cantons de Genève, bien sûr, mais aussi Argovie, Berne, Lucerne et Saint-Gall. Pour ses partisans, son indépendance des sociétés privées lui permet d'assurer la protection des données et la transparence.

Début novembre, la télévision alémanique SRF a toutefois révélé que le système genevois était facilement piratable, permettant en théorie à un hacker de manipuler des votes. Le canton de Genève a admis que le problème était connu, mais n'a donné aucune date pour sa résolution.

swissinfo.ch avec la RTS /kr (téléjournal du 21.11.2018)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.