Tapis rouge pour le roi d’Espagne

Le roi Juan Carlos lors de sa première visite officielle en Suisse, en 1979. RDB

A l’occasion de la première visite d’Etat qu’il effectue en Suisse depuis 1979, le roi d’Espagne Juan Carlos entend promouvoir les bonnes relations commerciales entre les deux pays. L’an dernier, le volume des échanges a crû de 30%, surtout en raison d’une augmentation importante des exportations espagnoles.

Ce contenu a été publié le 11 mai 2011 - 20:05
Antonio Suárez Varela, swissinfo.ch

La visite du couple royal (12 et 13 mai) intervient à un moment où les relations bilatérales entre la Suisse et l’Espagne sont «excellentes». Comme l’a déclaré la présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey, les gouvernements des deux pays «partagent une même appréciation politique sur plusieurs dossiers de politique étrangère» et collaborent étroitement dans le domaine économique.

Mauvaise conjoncture…

Ces dernières années, l’Espagne a adopté des mesures de relance économique, afin d’atténuer les effets de la mauvaise conjoncture. L’éclatement de la bulle immobilière a en effet représenté un coup dur pour la quatrième économie de la zone euro. L'importante dépendance de l’Espagne par rapport au secteur de la construction a provoqué une forte augmentation du chômage, qui frappe désormais quelque 20% de la population active.

Pour réduire le poids excessif du secteur de la construction et s’attaquer au problème de la faible compétitivité, le gouvernement de José Rodríguez Zapatero a adopté la «Loi sur l’économie durable» avec pour objectif de promouvoir un modèle économique centré sur l’innovation industrielle et technologique. Le ministère des Finances a par ailleurs annoncé un plan d’austérité pour réduire le déficit budgétaire à 3% du PIB d’ici 2013.

… mais bonnes relations commerciales

Malgré le ralentissement de l’économie espagnole, durant la dernière décennie, les échanges commerciaux entre la Suisse et l’Espagne ont connu une phase de forte expansion. Au cours de laquelle le volume des affaires a doublé. A l’échelle mondiale, l’Espagne représentait en 2010 le dixième pays importateur de produits suisses et le onzième pays fournisseur de produits importés en Suisse.

Selon les chiffres provisoires de 2010, les exportations espagnoles en Suisse se sont montées à 4'904 millions de francs, soit 28,1% de plus que l’année précédente. Quant aux importations de produits suisses, elles ont atteint une valeur de 6'370 millions de francs. Après une forte baisse des échanges commerciaux en 2009, les chiffres de 2010 laissent donc entrevoir une reprise, indique le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco).

Enfin, la Suisse est le neuvième investisseur en Espagne. Ses activités se concentrent sur les secteurs des industries chimique, pharmaceutique, agroalimentaire et financière. Les investissements suisses en Espagne se montent à 15'700 millions de francs, alors que les investissements espagnols en Suisse ont atteint environ 3'600 millions de francs, faisant de l’Espagne le 11e investisseur étranger en Suisse.

Immigration: inversion de tendance

Parler des relations entre la Suisse et l’Espagne, c’est aussi aborder la question de l’immigration. L’un des invités de la réception officielle du couple royal à Zurich est l’historien Luis M. Calvo Salgado, professeur à l’Université de Zurich.

Cet expert de l’immigration galicienne en Suisse a expliqué à swissinfo.ch qu’après le retour massif dans leur pays des Espagnols arrivés à l’âge de la retraite, dans les années 1990 et 2000, on perçoit «une inversion de tendance au cours des dernières années», principalement en raison de la crise économique.

Par ailleurs, interrogé sur l’image dont jouit la Maison royale espagnole, et plus particulièrement le roi Juan Carlos en Suisse, Calvo Salgado répond de manière pondérée: au-delà de l’opinion que les gens peuvent avoir sur les différents membres de la famille royale, il existe une opinion globale très positive influencée avant tout par la gestion monarchique de la transition politique à la fin des années 1970.

Liens étroits avec la Suisse romande

Durant son séjour en Suisse, après l’arrivée à l’aéroport de Zurich, le couple royale visitera Berne et Lausanne, ville où avait séjourné la famille royale espagnole durant ses années d’exil. Ville aussi où, quelques années plus tard, il demanda la main de la future reine, Sophie de Grèce.

Dans une interview accordée au début des années 1990, Juan Carlos se souvenait de ces premières années en Suisse, à une époque ou pour lui l’argent était «un thème constant de préoccupation». Ce fut notamment à Lausanne que le jeune prince fit la première mauvaise affaire de sa vie, en vendant une plume en or pour la somme de cinq francs, afin de s’acheter du chocolat et des bonbons…

Après quelques années à Lausanne, Juan Carlos, âgé de huit ans, est entré comme interne à la Villa Saint-Jean à Fribourg, un collège privé international tenu à l’époque par les marianistes. C’était un collège très réputé où étudiaient notamment les fils de bonnes familles en exil. Pour l’anecdote, outre Juan Carlos, l’élève le plus illustre du Collège fut l’écrivain et aviateur français Antoine de Saint-Exupéry.

Mais ses études à Fribourg n’ont duré que quelques mois, puisqu'en 1946, Juan Carlos suivit sa famille pour sa dernière résidence d’exil à Estoril, au Portugal. Deux années plus tard, en octobre 1948, le futur roi foulait pour la première fois la terre espagnole.

Au-delà des discours et des visites, ce voyage officiel en Suisse marquera donc aussi, pour le roi d’Espagne, un voyage dans le passé…

Déroulement de la visite

Durant cette visite de deux jours, le couple royal se rendra à Berne et Lausanne. Il sera accompagné par la ministre espagnole des Affaires étrangères Trinidad Jiménez.

Après l’arrivée à l’aéroport de Zurich jeudi, le couple sera reçu par le gouvernement suisse avec les honneurs militaires sur la Place fédérale de Berne.

La présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey et le roi Juan Carlos prononceront ensuite un discours au Palais fédéral. Plus tard dans l’après-midi, des délégations des deux pays auront des conversations officielles à Berne sous la direction conjointe du Roi et de la présidente de la Confédération.

Vendredi, le couple royal s’entretiendra avec des représentants de l’économie. L’après-midi sera consacrée à une visite dans un musée de Lausanne et à une rencontre avec la communauté espagnole locale.

End of insertion

Chiffres-clés

Commerce: Exportations espagnoles en Suisse: 4'904 millions de francs en 2010. Exportations suisses en Espagne: 6'370 millions de francs en 2010.

Investissements: Avec 15'700 millions de francs, la Suisse est le 9e investisseur étranger en Espagne. Avec 3'600 millions de francs, l’Espagne est le 11e investisseur en Suisse.

Emplois: Fin 2009, les entreprises suisses en Espagne employaient 55'464 personnes. A fin 2008, 8'143 personnes travaillaient pour des entreprises espagnoles en Suisse.

Immigration: Environ 90'000 Espagnols vivent en Suisse et 23'886 Suisses – dont 12'571 détiennent la double nationalité – vivent en Espagne.

Tourisme: 1,3 million de touristes suisses visitent l’Espagne chaque année.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article