Relève assurée pour le foot suisse

Après le succès des moins de 17 ans, l'équipe nationale des moins de 21 ans (photo) aura à coeur de briller. Keystone Archive

Les moins de 17 ans champions d'Europe, les moins de 21 ans qualifiés pour la phase finale de l'Euro: la relève du foot suisse est porteuse d'espoirs.

Ce contenu a été publié le 11 mai 2002 - 10:54

Pour la première fois de l'histoire du football moderne, une équipe suisse a été sacrée championne d'Europe d'une compétition. Au Danemark, les moins de 17 ans ont battu les grandes nations du football, dont deux fois la France, pour arracher vendredi soir un titre aussi inattendu que retentissant.

Première finale depuis... 1924

Acquis aux tirs au but au terme d'un 0-0 après prolongation, le succès est plus que mérité. Depuis 1924 et la finale des Jeux olympiques de Paris, aucune sélection helvétique n'avait atteint la finale d'une compétition officielle.

Jeudi prochain, l'Euro des moins de 21 ans débutera à Lausanne, Genève, Bâle et Zurich avec les huit meilleures nations, dont les Suisses de Bernard Challandes qui croient en leurs chances. Baptisés «les Titans», les espoirs suisses ont accumulé les exploits l'an passé (Russie, Yougoslavie, Ukraine) pour décrocher invaincus leur billet pour la phase finale.

A l'heure où les pros du football suisse courent en vain après une qualification pour une phase finale, la relève s'avère plus prometteuse. «C'est le fruit d'un travail de longue haleine entamé il y a sept ans au sein du département technique de l'Association suisse de football, rappelle Bernard Challandes, le coach des M-21. Peu à peu, les structures se sont mises en place et les résultats paient plus rapidement que prévu.»

Lacunes techniques à combler

Reste que tout le monde veut garder les pieds sur terre. «Réjouissons-nous de pareils succès, mais attention à ne pas nous emporter, poursuit Bernard Challandes. C'est durant la période 17-23 ans que l'essentiel du travail technique doit s'accomplir. Et dans ce domaine, il reste encore beaucoup de lacunes à combler en Suisse.»

Même son de cloche chez Umberto Barberis, entraîneur du Lausanne-Sports. «J'ai toujours crû en la jeunesse du football suisse, mais rien nous dit encore que les succès actuels seront poursuivis à l'échelon supérieur.»

En attendant, les M-17 se sont qualifiés cinq fois en sept ans pour une phase finale et les M-21 les ont imités pour la première fois. Autour de leurs leaders que sont Alexander Frei (Servette), Ricardo Cabanas (Grasshopper) ou Ludovic Magnin (Werder Brême), les espoirs suisses aspirent à imiter leurs cadets. «Il n'est pas interdit de rêver», lance Bernard Challandes.

swissinfo/Jonathan Hirsch

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article