Navigation

L'amitié helvético-japonaise continue de fleurir

Les cerisiers en fleurs de la roseraie avec en arrière-fond la vieille ville de Berne. © Keystone / Anthony Anex

Ce printemps, la préfecture de Nara, au Japon, a parrainé la plantation de 36 cerisiers près de la roseraie de la capitale suisse. Ce geste rappelle un don fait il y a plus de 40 ans par un agriculteur japonais qui tenait la Suisse en haute estime.

Ce contenu a été publié le 10 avril 2019 - 09:05

Dans les années 1960, Yoshiyuki Urata (1910-1987), producteur de lait et apiculteur, s'est rendu en Suisse après s'être lié d'amitié avec un prêtre suisse à la Maison internationale des étudiants de Kyoto, gérée par la Mission suisse d'Extrême-OrientLien externe (Société générale des missions protestantes jusqu'en 1922). Urata a passé du temps dans une ferme du canton de Zurich et a étudié l'agriculture à Saint-Gall. Il était fasciné par la ponctualité, l'éthique et l’ardeur au travail des paysans suisses.

Urata a également marqué les Suisses qu'il a rencontrés et a réussi à obtenir 30’000 francs suisses par an - pendant 20 ans - pour aider à financer l'école d’agriculture qu'il avait créée au Japon. Des années plus tard, Urata exprima sa gratitude en envoyant à Berne 100 cerisiers Somei Yoshino, la variété de cerisiers d’ornement la plus prisée au Japon.

L'inauguration à la roseraie de Berne Lien externea eu lieu le 10 avril 1975.

swissinfo.ch

​​​​​​​

Peu après, Urata vint à Berne. Voici sa lettre adressée aux autorités locales: «J'aimerais visiter l'endroit où les arbres ont été plantés et donner quelques conseils.»

Aujourd'hui, ces arbres ont vieilli et commencent à moins fleurir - comme l'a remarqué le gouverneur de Nara lors de sa visite à Berne en 2016. Les communes de NaraLien externe et Berne s’étant jumelées en 2015, la préfecture japonaise a décidé de prendre en charge la pousse d’une trentaine de jeunes plants qui ont été plantés le mois dernier. De quoi perpétuer dans la capitale suisse la tradition du Hanami, une fête japonaise ancestrale qui célèbre l’éphémère floraison des cerisiers et de la vie.

Contenu externe


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.