Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Jours fériés en Suisse Pourquoi tout le monde n’a pas congé le 1er mai



1er Mai 2017 à Zurich. Peu de manifestants, mais pas mal d'humour.

1er Mai 2017 à Zurich. Peu de manifestants, mais pas mal d'humour.

(Keystone)

Qui a dû travailler ce 1er mai? Qui avait congé? En Suisse, les listes de jours fériés officiels obéissent à plusieurs logiques: religieuses, liées à l’histoire en général ou à l’histoire économique.

«Les Fribourgeois arrivent», a-t-on coutume de dire en ville de Berne à chaque fois que le canton voisin a congé pour une fête catholique, que les Bernois (protestants) ne fêtent pas. Beaucoup saisissent l’occasion de venir faire du shopping dans la capitale fédérale, ou simplement d’y passer leur journée de congé.

Il existe une listeLien externe de tous les jours fériés célébrés en Suisse. Et elle est compliquée. Car il n’existe pas de règle qui dise quel canton doit accorder quel jour férié.

Les seuls jours fériés qui valent pour tous les cantons du pays sont le 1er Août (Fête nationale), Noël, Nouvel-An et l’Ascension. Pâques et la Pentecôte tombent de toute façon toujours sur des dimanches.

Le poids de l’Eglise

Mis à part le 1er Août et le 1er Mai (Fête du Travail), les jours fériés en Suisse ont presque tous une origine religieuse. En règle générale, on peut dire que les cantons catholiques ont un peu plus de jours de fête que les protestants. Mais ensuite, la réglementation est du ressort des cantons. Et il peut même arriver que l’on observe des différences à l’intérieur d’un même canton.

Comme le faisait remarquer en 2014 un bloggeurLien externe sur le site du Tages-Anzeiger, «les services de l’Eglise sont de moins en moins utilisés […] mais quand il s’agit de jours fériés, personne ne remet la religion en question».

Et de noter que les habitants de la commune de Schwyz sont les champions suisses du congé, avec 17 jours fériés officiels par année – sans compter Pâques et la Pentecôte. Et la lanterne rouge est Coire, capitale des Grisons, qui n’en compte que huit.

Congé le 1er mai grâce à l’industrie

La Fête du Travail n’est un jour férié officiel que dans huit cantons: les deux Bâle, le Jura, Neuchâtel, Schaffhouse, le Tessin, la Thurgovie et Zurich. Dans les cantons d’Argovie et de Soleure, on ne travaille souvent que jusqu’à midi. Dans les autres cantons, certaines communes fêtent le 1er Mai, mais aussi parfois comme journée de leur saint patron.

Le 1er Mai est la journée du mouvement ouvrier. La tradition remonte au combat des travailleurs américains pour l’instauration de la journée de huit heures et plus précisément à la grève générale du 1er mai 1886. Selon le Dictionnaire historique de la SuisseLien externe, elle a été célébrée ici pour la première fois en 1890. Quelques années plus tard, les travailleurs ont commencé à bénéficier d’une journée de congé (non payée) pour participer aux manifestations.

Il est frappant de constater qu’en Suisse, le 1er mai est férié dans les cantons qui ont été industrialisés le plus tôt et où par conséquent, les syndicats ont un plus grand poids. L’Union syndicale suisse considère le 1er Mai comme «le seul jour férié véritablement mondial».



(Traduction de l’allemand: Marc-André Miserez), swissinfo.ch

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×